HomeLes coalitions de 1828 et de 1868 en BelgiquePagina 80

JPEG (Deze pagina), 529.97 KB

TIFF (Deze pagina), 4.61 MB

PDF (Volledig document), 43.30 MB

I .
{ -­ /8 -·-·~
; que l’on répond à ee vieux partisan de l’unité
nationale des Pays­Bas et de l’anoienne dynastie,
que les Hamands et les wallons feront, le ces éehéant,
7 J , exception àla règle, qu’au premier appel des Anglais,
,1 [ libéraux et olérieaux, se leveront tous comme un
i seullionnne, à cela le vieux Jean répond que c’est
i possible, que l’on a vu des ohoses plus extraordinaires
l dans notre pays depuis 1830, mais que l’0ccasion ne
gl M peut pas se présenter, attendu que nous sommes à
g l’abri de toute invasion étraugère, car il n’y aura
ii plus jamais ni un Roi ni un Empereur , assez ·
Q dépourvu de bons sens pour s’exposer aux coups A
F , de la formidable puissauoe revolutionnaire de
ij i notre soeur aïnée, laquelle ne souffrira pas, et pour
te I cause, qu’on débarrasse sa soeur oadette de sa neu- ?
Q T tralité si ehèrement oonquise, de sa dynastie , en un
» mot, des glorieuses oonquêtes que nous dovons
t principalement à cette union de soit­disant catholi- i
Q , ques ct libéraux de 1828 , que le Jozmml de Léelqe
i g :1 poursuivi de sa l1ainejusqu’en 18-47, mais que pour
i' des raisons , que le lecteur peut appréeier , est
I deveuue, en 1869, juste, honorable , loyale et inatte­
quable dans sa source, et il conclut que le gouver- "
i nienient Belge peut, en toute sécurité, faire raser

ix
pl .
y