HomeLes coalitions de 1828 et de 1868 en BelgiquePagina 73

JPEG (Deze pagina), 509.62 KB

TIFF (Deze pagina), 4.64 MB

PDF (Volledig document), 43.30 MB

il
*l
tl
ll
­­ Tl ­­
l aussi nécessaire que celle du travail, et que dès 1
qu’il est reoonnu',qu’il est salutaire à l’l1omme de l
se reposer un jour sur sept, il était du devoir de i
l’autorité de faire respeoter au nom de la loi cette 3
liberté bienfaisante, la liberté du repos. La plupart
’ 1 ne comprirent rien aux arguments du magistrat et `
I rentrèrent au foyer conjugal désencliantés, afïectes
de spleen, ot plus que jamais persuadés, comme l’il- li
lustre Delfosse, que, pour faire le tour du monde, la
1 liberté n’avait plus besoin de passer par la petite
i Q Belgique, Comme on le voit, le nouveau règne
a commencé sous d’heureux hospices ; mais, ce
I _ qui a aa nécessairement satisfaire tout le monde, `l
` r c’est le discours du tróne du 17 décembre 1865,
E j qui indique que les traditions de Léopold 1*”
E Q seront suivies par son successeur, lorsqu’il annonce
E j que sa mission eonstitutionnelle le met en dehors des
L E luttes des deux grandes divisions sociales issues 2
[ de la coalition de l82S, en laissant au pays , c’est-
L à-dire aux chefs des divisions électorales à déoider
3 eatre eux, et suivant leurs intéréts bien entendus; et
qu’il ne désire qu’une chose , c’est que leurs dissi­
i dences soient toujours tempérées par un esprit de
t fraternité nationale, ce que l’on obtient en évitant
tr
r. r al