HomeLes coalitions de 1828 et de 1868 en BelgiquePagina 72

JPEG (Deze pagina), 508.58 KB

TIFF (Deze pagina), 4.64 MB

PDF (Volledig document), 43.30 MB

ll
~ ïl
~
pr ­­ 70 ­­
pour la mémoiro do nos ancotros , dont los fils sont
V inorts do la mort dos bravos , sur lo champ do ba-
il taillo do Watox·loo pour conquérir précisémont co quo
Vétraugor a détruit on N3], dovrait ètro oonsacré
F au douil ot au rocucill mout. Quoiqu’il on soit,
Q pour cimcutorl’allianco fratornollo ot par réciprocité, ?ä
` ’ ? los Anglais ont invite? nos gardos civiquos au ban-
1 quot do la sainto allianco auglo-bolgo a Londros ,
' ou ils ont été l’objot do l,2l,(l111iI‘&i,lOl’l univorsollo
fi par la disciplino sévèro, la bonno touuo, los
ld maniéros distinguéos dos gardos on général ot dos r
" oiiiciors cn particulior, do cotto institution si utilo
Q ' ot si indisponsablo, mais quo copondant la plupart i
I dos bourgoois, arrivés a l’àgo do raison, ont or: "
l avorsion. Copondant nos compatriotos ont été i
Q autant surpris quo contrarios d’étro lo dimancho j
condaumés a no pouvoir so livror a aucun oxorcico §
ii I militairo, ni dausor la polka, ni allor au théatro ou #
*‘ , au café fairo la partio do domino, co qui lour a paru u
$ I d’autant plus étrango qufils so trouvaiout dans uu
, i pays qui ost signalé sans cosso commo lo plus libro
‘ du uiondo.
Co fut on vain quo lo lord mairo do Londros
p s’évcrtua tl lour oxpliquor quo la liborté du ropos ost
li
ij
l
xl
l
i i .c.l ‘