HomeLes coalitions de 1828 et de 1868 en BelgiquePagina 67

JPEG (Deze pagina), 481.35 KB

TIFF (Deze pagina), 4.62 MB

PDF (Volledig document), 43.30 MB

l
l

-­­ 65 -­
a- ï
lt La premiere visite de Léopold II, après son avè­ i
E j nement à la place de son père, a été pour nos puissants p
D et désintéresses protecteurs les Anglais. Cela devait l
l` ; être. Depuis que l’Angleterre est devenue, comme
" l l’a roclamé Sa lVIa`esté la soeur ainée de la Bel i ue
. ï ’ g ’ I
’S L ce qui nous afait espérer que cette parenté nous
"B vaudra une art dans les ossessions coloniales sans I
E è , . . . .
’ I uombre de lempire Britamque, ne sera1t­ce qu’un
" petit bout de colonie pour alimenter notre marine l
'E · marchande et militaire, attendu qu’il n’est ni juste,
ls ni équitable que la soeur ainée,qui a de tout au su-
" pertlu,]aisse périr sa soeur cadette de misere et d’ennui, E
’t faute d’occupation serieuse et productive. E
lt 1 . , .,..
H Pendant que Sa Mageste cimentait la samte alliance
mp des Anglais, des Wallons et des Flamands, les mi-
_ uistres préparaient des projets de réformes qui furent
#' l . . , , . , . I
_S convertis en lois a sa rentree et inaugurerent d1gnc­
L, ment, suivant l’opinion des libéraux ministériels le
recrne nouveau. Le remier en su rimant les bar-
lC 5 · D
;_ ï rieres sur les routes de l’Etat, le second, ayant pour ,
_H but de rétablir le secret du vote , conformément à la
g Constitution.

i l
{Qi ‘)
if-? `iq. ; ·=;t’..·`»" . -r . W . . Y . • (K,