HomeLes coalitions de 1828 et de 1868 en BelgiquePagina 65

JPEG (Deze pagina), 547.24 KB

TIFF (Deze pagina), 4.62 MB

PDF (Volledig document), 43.30 MB

v .. 55 ..
. ï . . i
ï€, 1 bravoure, que ee grand homme avait conquise au {
. . . w
EH t service de la Russie et en 1831 sur le champ de
té- l bataille de Louvain, ne devait pas être altérée, ainsi
en que sa réputation de Nestor des princes dela terre, l
nc E (ui fut lusieurs fois mise a des é reuves c u’il tra- ·
i ' 7 ' ' D i
Gü r versa avec une adresse sans eeale. C est ainsi u en i
r O x
la 1848, lors de la ehüte de Louis Philippe, quo1qu’il §
tre l n’y avait pour la Belgique aucun péril en demeure, 1
7c, Q puisqu’un député de Liege, le grand Delfosse rassura
l ­
la tout le monde en s’éer1ant ue our faire le tour
1 >
mt ? du monde, la liberté n’avait pas loesoin de passer
du q par la Belgique, néanmoins pour plus de sureté, sa "
xs, g Majesté s’empressa de promulguer des lois, votées au ,
es, Q pas de course, sous_1’impression enthousiaste produite Q
lë) § par les fameuses paroles qui ont illustré 1’avoeat
ue Delfosse lois a ant rétendument our ob`et de i
, 9
OU F satisfaire l’o inion ubli ue uoi ue ersonne n’
, 7
ic, songeait, deux heures avant la ehute de Louis Phi-
ne li e en dé acreant entre autres les roduits des
l , ’ D Q
ets Journalistes de l’1mpot du timbre, sous prétexte que
de 1 ces produits constituent le pain intelleetuel du peuple»
uls et comme l’état financier était des plus déplorable, Q
cu E au oint vue M. Frère Orban dut recourir àl’e1n­
@ . , . . l
de j prunt force, nonobstant une orise commereiale des
Q plus intenses, M. Frère dóelarant ne pouvoir renoncer
i
J
9 nav;. C ~» ·- "' ~- - ~ - K ·