HomeLes coalitions de 1828 et de 1868 en BelgiquePagina 58

JPEG (Deze pagina), 527.16 KB

TIFF (Deze pagina), 4.63 MB

PDF (Volledig document), 43.30 MB

jfi " "°“""·`""*""`·~e-~-~ e . ,~~« de p W q
ll ,

* 2
l l
E
in , l
i · ­­ 50 -
‘ l
, adresse à la Commission des Finances, un projet éta­
Te blissant sur tous les habitantsune taxe généralc,uni­
verselle sans exception dont le niaxiniuni est de 100
francs et le minimum de six, soit. l */2 cm par jour.
lgyp ll dira que l’onvrier Liégeois sera fier de oontribuer l
lil au budget dela Ville, et qu’au surplus, il u’ya rien de
ll, ‘ plus propre pour développer chez les populations
;.l i ouvrières l’esprit d’ordre et d’économie que de les
qf r soumettre à un léger inipot. Au moyen de cette taxe
li universelle,qu’il appellera l’impot des classes,laquelle q
l doit produire 6 fi 7 00,000 francs annuellemeut, on
l . 1'eradisparaitre toutes les taxes spéciales, dont Verbi-
2 trairen’est contesïé par pers0nne.Aprés avoir annonce
j i cette bonne nouvelle qui produira un excellent eüet
' au point de vue électoral, l’orateur abordera une ques-
? tion de principe hors de laquelle il n’est pas possible de
gil faire un discours ii sensation,et comme toujours ce sera p
celle de l’enseignement. Il sfeinparera naturellement
l des procédés de Bldfliéodore envers de tres honorables ä
' dames cathcliques de Liege qui, voulant fonder une
i école supérieure pour les lilles,l’ont prié au prealable
l‘ de leur adresser un prétre pour la conservation de
[ l’esprit religieux dans l’école , prière qui non seule­
fi ment a été repoussée per un refus aussi brutal que
i § *
l -
{ is