HomeLes coalitions de 1828 et de 1868 en BelgiquePagina 48

JPEG (Deze pagina), 525.58 KB

TIFF (Deze pagina), 4.62 MB

PDF (Volledig document), 43.30 MB

i 1
-·-­ A6 --
libéral. En sfabritant sous le drapeeu de cette l
l nouvelle division, tous leurs méfaits sont oubliés et
l- pardonnés .Ce ne sont plus des nullités suus oapucité,
l · le Journal de Ltéqe les trensforme, ils deviennent, ‘
tf, an nom et pour le compte du liberalisme,d’illustres
patriotes, les fonclateurs de notre neutrztlité, de notre
Lt dynastie auxquels la, pzttrie reconnaissante ne peut ë
pas uccorder pendant leur vie trop de faveur en
l, fonctions publiques ou en décorzitions, et après leur
w mort, les organes de cette division ouvriront leurs ll
l colounes êi une souscription, feront de la, réclame
in pour l’érection d’une statue, comme celà, zt eu lieu
u pour l’illustre Lebeau, lequel serait mort comme le
plus insigniüant bourgeois de la, ville de Huy, s’il
ne s’était pas séparé de ses ztssociés pour devenir un
I chef de la division liberale. Et si par hasard, il se
Yl trouve au nombre de ces patriotes convertis au libé­
relisme,un homme de l’espèee des dissipateurs, qui,
lt, quoique l’on frisse, sont toujours d’a.rgent court et
li; criblés de dettes, qui,avec 25,000 francs de revenus
l trouvent le moyen d’en gaspiller 50,000 et qui, en
conséquence, sont toujours pauvres comme Job, le
Fl Journal de Liège le signalera, comme un modèle de
gl vertu,dont le patriotisme désinteressé est cause qu’il
tl
li ql
lt p nl