HomeLes coalitions de 1828 et de 1868 en BelgiquePagina 46

JPEG (Deze pagina), 548.93 KB

TIFF (Deze pagina), 4.61 MB

PDF (Volledig document), 43.30 MB

{ .
l ` ­­ 44 ­-
A ils allaient enfin etre delivres du gouvernement des ;
E = caloténsg aussi se rendirent­ils en oolonnes serrees
l" au serutin pour nommer des delegues au congres J
ll ’ liberal de Bruxelles_,qui,en unissant toutes les forces
ll eleotorales du pays au moyen de l’ass0ciation,allaient ·;,
ly être en mesure de combler leurs voeux unanimes , de 1
V renverser un ministere que l’on disait vendu a la
{I ‘ milice de Rome, et de le remplacer par des hounnes
y· qui sauraient purger le pays de cette cause de division
et de haine. Un ancien membre du congres revolu­ T
l lutionnaire de 1830 avait particulierement insiste,
ly pour que rien ne fut change à la constitution nou-
‘* velle, concernant les rapports du pouvoir civil avec
les chefs de la religion oatholique. M. Defacq fut
i nomme president du nouveau congres, ee seul fait
Q sutlit pour demontrer que les pri ncipes,qui doininaient
g au milieu de cette grande assemblee,n’etaient autre
que ceux du grand parti national et orangiste, qui,
ly! pendant 15 ans, avait, seconde et appuyé Guillaume
{ll dans le Gouvernement du pays.
M La constitution proclarnant que les fonctionnaires
electifs sont direotement elus par Peleoteur payant
ii le cens determine par la loi, cette organisation du
liberalisme était illegale, inconstitutionnelle au pre-
1 l
l
lt.
¤ , , ­­­­» ·­­-- es,