HomeLes coalitions de 1828 et de 1868 en BelgiquePagina 43

JPEG (Deze pagina), 551.48 KB

TIFF (Deze pagina), 4.65 MB

PDF (Volledig document), 43.30 MB

.. 4; ...
é doit grandes divisions au point de vue des intérêts et des
ls l'CS~ passions des hommes qui avaient fait la révolution.
ment, Plus riches, mieux disciplines, et conséquemment
·epré­ plus puissants, les cléricaux eurent bientöt recons-
butés titué toutes les institutions qui leur assurent une
msti ­ position inclépencl ante dans l’étatet ils déployèrent une
gon- telle activité que le roi Léopold était à peine nommé L
’“uXi qu’ils avaient, en faussant l’esprit et la lettre de la X
leur loi, rétabli clans notre pays les fondements de cette l
ls§O‘ puissance contre laquelle, suivant l’opinion de M. ï
1t1on h`rère­O1‘ban , l’autorité souveraine ne peut pas
ilum prendre trop de garantie pour sauvegarder les inte­ E
u de · rets des populations. ;
du Les femmes ont trop d’influenoe dans la société,
I pour qu’elles ne devinrent pas l’objet capital de
tous { l’atteution de la milice de Rome et les vietimes des
zher l embuches de toute nature,qui furent employées pour
ç BH r; les faire entrer en masse dans la division clérieale.
mes ä Croitre et multiplier , plus d’enfants plus de
li; J bénédictions, et une foule d’autres préceptes servant
_ l 2 à développer les instincts de la famille et de la ma-
mêê i ternité, avaient oomplètement fait disparaitre, chez .
ip1` I les femmes catholiques , sous Guillaume , l’iclée
m` d’entrer au couvent.Le mariage était considéré coni-
eux me le premier devoir de la femme, Pétablissementle l
l
`_ __YAY f *"; Tj) ’"f“" ; ·­ - ..., ,4, i .. ll .__Y_ ,_ ,_ _ _, A, , r'