HomeLes coalitions de 1828 et de 1868 en BelgiquePagina 37

JPEG (Deze pagina), 526.94 KB

TIFF (Deze pagina), 4.65 MB

PDF (Volledig document), 43.30 MB

,q¢·iW ’~,7,_ .,,. «­ . , , --- - ----- - - ··~ - - - "ï""
_. 55 ...
mee plus belles promesses, pour moroeller et anéantir leur
ms, propre pays.
vri- En tous lieux,en tous pays,par suite dela difference
ent I des moeurs, de langage, de religion, des conilits
i et sanglants se sont soulevés entre les races, qui cons--
ien tituent les nations; de là, des guerres oivileslongues
in, et cruelles, mais qui toutes à la longue ont eu pour
ête résultat ce bienfait immense pour les peuples, de Q
de constituer leur unité. Telle est l’histoire de l’Angle­
terre,de la France, des provinces unies des Pays­Bas, j
je notre patrie jusqu’en 1831. Telle est celle des l
ts provinces unies d’Arnérique, la grande république. j
lg Là, de nos jours, une question qui fiit une cause de i
a discorcle , après un demi siècle de discution et j
à d`agitation, est arrivée à maturité , et comme tou- l
. jours , comme si la Providence n’avait laissé à l
. l’l1OII111lG d’autres moyens de propager la civilisation, j
; elle dut être tranchée par le glaive. Uesclavage
· soulevant le sud contre le nord, provoqua un choc j,
" épouvantable, qui engloutit un million d’l1omrnes, et
j dixmillards de francs, mais grace à ce sacriiice, l’es­ j
. clavage a clisparu et l.’unité de la grande république en
est sortie plus forte et plus indestructible que jamais. i
C’est que les Américains ont eu ce bonheur de l
peuvoir arranger leurs affaires en famille, qn’ils ont
l

·--»»" ‘ » ri ·e5e · ~‘··~«