HomeLes coalitions de 1828 et de 1868 en BelgiquePagina 32

JPEG (Deze pagina), 509.33 KB

TIFF (Deze pagina), 4.61 MB

PDF (Volledig document), 43.30 MB

g i
l
-­ 50 ­­­­ V _
`
il que Guillaume, il était disciple de Calvin. Mais
l cet objectif fut bientot écarté ; au point de vue du
li christianisme pris dans son ensemble , le protestan-
S _ tisme est considéré, non sans raison, comme superieur
gr au catholicisme surtoutà celui tel qu’il aété réformé
il dans notre pays, depuis qu’il sert de base à un parti Y,
J politique, aussi la plupart des catholiques lettrés, ~
l alors même qu’ils pratiquent ct font ólever leurs
; enfants dans cette religion, sont­ils souvent honteux l
[C ‘ de se dire catholiques. C’est précisémcnt le contraire
ehez les Protestants , ou ee sont les classes eclairées
qui montrent le plus de foi, et chez lesquelles la
soumission aux prescriptions de leur religion est la
plus prononcée. Il suit delà qu’un disciple de Calvin
r eommet une action méprisahle en prenant au préalable
Vengagement, pour obtenir des sufirages alors même-
i qu’1l s’agit de la couronne de Belgique,de faire élever
,· ses enfants dans une religion qu’il doit considérer
comme inférieure a la sienne.
s . .
i, Après cette concession, le choix des Lords Pon-
sornby et Palmerston devait necessaircment rallier
{ tous les suH`ra.ges d’une assemblée , qui elle surtout,
‘ etait, comme on l’a vu , condamnée à Vobéissance
' passive. Néanmoius , sur 195 députés, le choix des
l
i

[
":=§ ~·- ~ ` ' "