HomeLes coalitions de 1828 et de 1868 en BelgiquePagina 27

JPEG (Deze pagina), 474.12 KB

TIFF (Deze pagina), 4.59 MB

PDF (Volledig document), 43.30 MB

- Q5 ._
ye ·« ruiné, découragé , désespéré de lui­mème, et quo
ne ‘ ~ les habitants soupireut après un roi qui les déba-
en _ ·» rassent d’un tas de nullités, qui ne pèsent sur eux
ii- II que depuis trop longtemps. Il nous faut un roi ,
«· voila le cri général. ~ '
€_ Comprend-on qu’après avoir éorit ces lignes, un des
ng principaux organes du liberalisme viennent de nos
3; jours réhabiliter une poignée d’hommes sans scrupule, e
14; sans conscience,qui,pour se oréer des positions,se son; l
1- emparés du pouvoir en démembrant, moreellant leur
S, pays; et qui, pour se soutenir et arriver à leurs {ins
rg n’ont pas eu honte d’appeler Vétranger à leur secours
in et se sont substitués à un gouvernement, qui,suivant
S, l’opinion du Journal de Liéye lui­même, était sous
S­ tous les rapports, le meilleur, le plus libéral des
is gouvernemen ts de l’Europe, en détruisant l’unité
is nationale de leur propre pays et en plongeant dans
it la misère des milliers de familles, dont la plupart l
te ne sontjamais sorties. l
in l
it IV.
re
té On fut bientötfatigué, celà se conçoit, du gou-
gc vcmement de De Potter, car au lieu d’établir le i
xs 3
l
l
l
‘"‘‘’ ‘” "’“""”' W