HomeLes coalitions de 1828 et de 1868 en BelgiquePagina 26

JPEG (Deze pagina), 528.34 KB

TIFF (Deze pagina), 4.59 MB

PDF (Volledig document), 43.30 MB

{ l V { nw r ‘ H Y .. . l
l
­­ M -
bons amis , en déoembre 1830 , le Journal de Liéqe
r qui cependant devait se montrer oirconspect pour ne ·
{ pas subir le même sort que son oonfrere signalait en _
3 terme les plus émouvants, la position de notre in-
E. fortune pays :
[ ~ Notre situation disait­il,est des plus inquiétante.
f ~ Une stagnation de travail absolue a suoeédé à une
J ~ prospérité sans pareille , la misère à l’abondanoe ;
i* ~ elle est aussi des plus péniblo et aeeuse hautemeut
l ~ Yinoapaoité de ceux qui se sont emparés du gou-
~ vernement. Pour les industriels, les commerçants,
~ o’est­à-dire lour le pays tout entier , la meilleure
l ~ combinaison est oelle qui donnera de suite un
v ~ large débouohé aux produits de nos manufactures,
` - ~ qui relèvera le commerce languissant , et l’indus­
~ trie épuisée par quatre mois de stagnation. Nous
Y » payons des ambassadeurs ridioules , et nous
~ trouvons que l’on a fait une révolution au profit
ä ·· de quelques ambitieux sans oapacité que sans doute
•« le pays oomptait faire dans ses intérêts. Lassé d’un
~ état de chose si déplorable , les yeux se tournent
' ~ généralement vers la France. Honte, opprobre
i ~ éternelle aux ambitieux qui ont si mal gouverné
j ~ qui ne songent qu’à eux·mêmes et a leur sotte
l ~ vaniié, et dont Yincapacité est cause que le pays
l