HomeLes coalitions de 1828 et de 1868 en BelgiquePagina 24

JPEG (Deze pagina), 526.98 KB

TIFF (Deze pagina), 4.60 MB

PDF (Volledig document), 43.30 MB

y. i W" Y " "’ "" " ‘ ’ « v ,.
l
l
rl - *:22 ­-­
{ sous la domination clérioale et qu’il voulait rétablir qi
yi en France la n1ain­morte et les couvents , et à na
{ force de erier sur tous les tons, vive la liberté, à has ai
g Charles X, l’on parvint à renverser un roi dont le à
F, plus grand tort avait été de prendre Alger, sans la {L
permission, et malgré Vopposition des Anglais. 5(
l Des ee jour, Guillaume düt coinprendre que e’était I?
q liui de l’uuité de la patrie, et que toute resistance Tijl
, ue servirait a rien qu’à faire verser le sang inutile- lêä
inent. N’allait­il pas avoir à conibattre une Coalition A 19
X puissante ayant un but préeis, determine, le dé1nem‘ Q, SCI
[ breinent de notre pays, renforeée non seulement par ·
·, des hordes immenses d’aventuriers Français, que la PG]
ehüte de Charles X rendaient disponibles, mais de
` . encore au besoin par l’arn1ée Française 6llG-lllêlllê? (ll?
Pouvait-il espérer que le roi des barrieades ne qui
;' subordonnerait pas les plus grands intérets de la Pal
France, à la politique de Lord Palmerston P lim
En effet, un mois après la chute de Charles X, $1
Bruxelles avait proclamé comme Paris, son roi des 1
l barrieades au eri de vive De Potter, à bas Van
°' Maenen. Trop soueieux de la vie de ses soldats pour (Lg
j les laisser exposés sans espoir, aux ooups des assas­
sins que l’on appelait des patriotes, et que l’on
décorait , quand ils avaient tués ou blessés RO)
‘^
l t
“`· ,,».~ Mgmmxrr