HomeLes coalitions de 1828 et de 1868 en BelgiquePagina 22

JPEG (Deze pagina), 450.91 KB

TIFF (Deze pagina), 4.60 MB

PDF (Volledig document), 43.30 MB

/ ____, l. , , ’..;_;. ·_`~ ­­­` «­­ -~«­-­­­..~_. ,, ,,. U,
{ - EO -­
draient ii l’Athenée de Liege, au moins quelque chose
{ <l’én1inemment utile , je dirai même dïndispensable
,` de nos jours; car, l’époque ou nous sommes, `ils
sont propres à bien peu de chose , puisqu’on recher-
?_ che avant tout des employés pouvant s’explique1‘ avec
tout le monde , et si cette loi tarde encore longtcmps .
·‘ in paraitre , à part ceux qui se destinent aux profes­ j
` sions libérales, les autres ne trouvcront plus à gagner J
q, leur vie, que comme ouvriers menuisiers, serruriers 1
K
ou cochers de vigilanies. (*) .
l_ M Y
<
i 111.
+1 l
I c
il L’un1on 3llgl0­CléI'lCO­llbél`Ell de 1828 ,e mbras­ 1
1 ; · sait la politique tout entièrc selon le Jomvzal de d
· la
gl) Séance du H janvier, cl la chambre des 1·eprésentants. -­ ll
M. de lilaere. « Je demande que le gouveruenient gènéralise l‘ètude
v_ » du Flamand.» ` d
c; « Je voudrais que la connaissance du français er du Flamand ful
i » la condition smc qua non de toute nomination àlun emploi P
x public.» p
Conç0i1­on qu`une demande aussi conforme à Vintérél general de à
. tous les Bvlgcs n‘aie pas été approuvée à l‘unanimilé? par nos dé- p'
pulés amis de légalité et du progrês. `