HomeLes coalitions de 1828 et de 1868 en BelgiquePagina 18

JPEG (Deze pagina), 520.85 KB

TIFF (Deze pagina), 4.59 MB

PDF (Volledig document), 43.30 MB

_. gg ..
Dans cas circonstancas , ca sont toujours las lois
pi d’ordra public las plus salutairas , las plus afficacas
pour l’émano.ipation intallaotualla du paupla qui
daviannant la point da mira das stipandiars da la
révolution, qui, sous prétaxta da défandra las intarèts
i atla libarté du pauplc , la ruincnt at la dépouillant IA
da sas maillauras institutions. _ Y
i Las habitants das provincas da Liéga, da Namur
j ct du Hainaut, sa trouvaiant sous la rapport da la
langua dans las mêmas conditions qua las Alsacians,
V vis­à-vis da laurs compatriotas Français. ‘
j_ Il an résulta un avantaga inappréciabla pour las i
§« Alsacians, qui an naissant jouissant da la faaulté i
d’appra11dra simultanémant daux languas, l’Allaman<l »
at la Français , ca qui laur donna una plus valua, I
¥ u na position prépond éranta pour l’obtantion das placas ,
i at das fonctions publiquas sur laurs compatriotas. j
; Car, clans las adrninistrations da chamins da far , da ï
banqua, atc., ata., ils sont toujours las préiërés at
j an conséquanca miaux rétribués qua las Français , Y
F qui na connaissant qu’una langua. V
ll ast da notoriété publiqua, qua las Alsacians
lj sont, da tous las Français, las plus intalligants
ct las plus civilisés , d’ou l’on doit conclura qua
ïïl
l
‘l «
<;_ «­·@···»~ n 'çä