HomeLes coalitions de 1828 et de 1868 en BelgiquePagina 16

JPEG (Deze pagina), 544.56 KB

TIFF (Deze pagina), 4.60 MB

PDF (Volledig document), 43.30 MB

V (Je fut sur ces portions honteuses de notre popu-
lation, que les organisateurs de l’union revolution- i
{ naire, en 1828, fondèrent leur principale action.
J Lorsque l’on veut battre un cliien, l’on trouve ii
l liientót une verge, dit le proverbe, De Potter, au nom
des démocrates,De Gerlache, au nom des catholiques,
Rogier, au nom de la liberté de la diffaination par "
la voie des journaux, le chouan espagnol Van ,
i llalen, et une foule d’autres individus devenus l
oólèbres et décorés en conséquence, se mirent à la J g
reclierclie des griefs en criant sur tous les tons, vive
la liberté en tout et pour tous, àbas les Hollandais.
i 'l‘oute loi, tout réglement de police constitnant,
; en fait, des atteintes à la liberté individuelle , il
s`<·nsuit que rien n’est plus tacile que de se dire
, opprimé et de s’insurger au nom de la libei te contre
f Vautorité que l’on qualiiie de despotisme. La presse,
cette puissance destructive lorsqu’elle n’est pas
pi oontenue, devint bientót la principale batterie entre
les mains des révolutionnaires. Un grand nombre de
_ journaux, notamment le journal l’Um`mz, qui eur
pour mission principale de maintenir l’entente
Q cordiale et l’unité d’action entre De Potter et ses
dignes associés, furent fondés. Obéissant à un mot
fl d’ordre général, des les premiere jours de leur appa- 1
E
l
li il
tl UL __ o