HomeLes coalitions de 1828 et de 1868 en BelgiquePagina 14

JPEG (Deze pagina), 517.45 KB

TIFF (Deze pagina), 4.58 MB

PDF (Volledig document), 43.30 MB

l ­­ IQ ­­
li public devait être placé sous la surveillance du
pouvoir civil et établi aux frais de l’Etat,_ disposition
qui comme on le sait, a été maintenue dans la Consti-
tution fameuse qui est censée nous régir,l’Université
de Liège fut fondée ainsi que des écoles a tous degrés,
qui, comme le Journal de Liéye nous l’apprend, ne
ï;_ laissaient rien a désirer.
Ce fut au moment ou l’Administration du pays
bij était cornplètement réorganisée suivant lcs principes
du vrai liberalisme , lorsque par des rapports
incessants et les relations commerciales, les trois
frères, Hollandais, Wallons et Flainands, commen-
çaient à. s’estimer et à se comiaitre , et que se
développait le sentiment patriotique qui devait leur
E faire aimer et chérir leur commune patrie , que
L Lord Palmerston s’aperçut que les provinces unies des
5 Pays­Bas avec leurs colonies, constituaient une puis-
sance trop forte qui pourrait un jour rivaliser avec
L son pays,et qu’il déclara au Parlement que cet état
{ de chose était contraire aux intérêts de l’Angleterre.
H
Ceci se passait en 1827 . Lord Palmerston,surn0m­
mé Lord Boute-Feu, fut entendu et compris par des
hommes, qui, au point de vue des mtérêts anglais,
Z'· ,- rr _m_mx_z¤,,.,.,,