HomeReims, Soissons, Senlis, ArrasPagina 85

JPEG (Deze pagina), 724.74 KB

TIFF (Deze pagina), 4.94 MB

PDF (Volledig document), 64.56 MB

L ‘ H
l U « , _ jg
' ­ se ­- · ’ (
g de terroriser Bruxelles, dont on craignait la popu- I « "
F lation, et contre laquclle on n’osait pas agir. I
! Mais il y eut un autre motif au choix de Louvain: . ll
g la haine de la religion catholique. gj
M. Grondijs, protestant lui-même, en a fait la l
; constatation ct accumulé les preuves. ` fi
{ <<· (;’est intentionnellement, dit devant lui un sous- , _ l
5 officier, le seul catholique de sa compagnie, que les j
4 régiments protestants ont été envoyés vers la Bel- i ­
[ gique catholique, tandis que les troupes catholiques L
· ont été dirigées contre les Russes orthodoxes. >> _ ·
g . · Et quelle idée ces protestants se font des prêtres! ; I
' Ecoutons encore le témoignage de notre soldat , i
z Frantz Schmidt: ` v ,2, jg
1 << Les soldats belges... tirent dans le dos de nos
ï ' troupes. lls arrachent les oreilles et percent les yeux l ä
‘ _ de ceux qui leur tombent entre les mains. Le peuple `
est fanatique et dominé par les prêtres. lls font _ ,
i aveuglément ce que leur ordonnent les prêtres, s’in­ °­ ^
it. ‘ quiétant peu si l’obéissance les conduira à la mort ‘
~ ou non. lls sont les esclaves des prêtres. >>
ij En conséquence, l’armée allemande tient les prê- 1
,; tres responsables de tout ce qui se passe; ce sont eux ·’
J f quixexcitent les habitants à la résistance, eux qui. pla- l
i cent des mitrailleuses dans les clochers. Aussi est-ce . · i
gl E eux que l’on prend de préférence comme otages,
comme jouets et comme victimes. p
_’ r Dans telle ambulance, les officiers ne parlent aux jl
· prêtres qui soignent leurs blessés que le revolver au lg l
j poing; ailleurs, un commandant prussien hurle: ;
<< Nous fusillerons tous les curés, nous en avons déjà `
V fusillé cinq. >> ,
Dans l’exode de Louvain, remarque encore
M. Grondijs, << les prêtrcs >> sont particulièrement in- ,
’ sultés par les soldats. On leur crie sans cesse: << A {
` bas le catholicisme! Mort aux prêtres! Tous les prê- (
U tres doivent être fusillés! >> Et ce courageux témoin
J a pu intituler l’un des chapitres de son émouvante
, relation: <« Les troupes alïemandes et le clergé catho- 3
.` lique de Louvain dans les prairies de Tervueren. >> 4 f
1