HomeReims, Soissons, Senlis, ArrasPagina 79

JPEG (Deze pagina), 776.50 KB

TIFF (Deze pagina), 4.97 MB

PDF (Volledig document), 64.56 MB

,‘ y•"”"""" `H-I; Jrr;-·~~`-4-­?`-`Y."ï­L.i.t1,%;,;§__ï__’ _ - -- ..»/ ~.i.-.-,_,,_.__ _____ __, ,
1%- · r _ """""“"‘""* Mm ---- ¢~-»­-­MZ;;ïï;_;;;;;;_;_
{ x,
Parc ont vu de brillantes étincelles voltiger dans ds
· une immense colonne de feu ; c’étaient les incunables. gal
les précieuá livres d’heures, les rares manuscrits, qui ds
L périssaient pour jamais. De centaines de maisons, att
les flammes montent en mugissant; les toits, les de
pans de mur s’effondrent avec un bruit de ton- me?
· nerre. Par les portes ouvertes, on entrevoit des ca- ml,]
. davres... Une grande flamme s’élève de la tour de Ee
, l’église Saint-Pierre. Au moment ou le feu jaillit de FFI
. V la petite tour qui se trouve au milieu du toit, toutes
* _ les maisons voisines sont encore intaetes; l’église mc
L i a donc été incendiée intentionnellement. On dit que ` F
g les tableaux ont été mzwés par des officiers alle- mêï
, mands; ce mot sazwés, fait observer notre narrateur, hüll
$ 1 semble un euphémisme. €¤f<
j l Des trois monuments qui faisaient la parure de nét!
L ,_ Louvain, que reste-t-il le soir du 26 aoüt? A part gêäï
ij l’Hótel de Ville, entouré de clécombres, et la simpl: VOIZ
li ligne des arcades des Halles qui ne soutiennent gw?
; plus rien, de grands murs noircis, voila tout! $1011
i Et les maisons partieulières? Combien les soldats Stat
ä en ont volontairement et par ordre incendiées, au maf
W if moyen de grenades et de fusées! Les historiens de ¤ff1
W , Louvain rappelaient encore les incendies de 1326 et 1 C
gj? de 1518 oui avaient anéanti, l’un, 600 maisons, l’au­ tram
, tre 300: simples aecidents à cóté de l’incendie allumé son
g par les Allemands en 1914! << Le tiers de l’étendue nam
4 ? bàtie de la cité est d.étruit, écrit le Cardinal Mer- Lou
Y ? cier: ï,e74 immeubles ont disparu; et, si l’on compte a éte
i les comiwunes sururbaines, 1,823. >> ; ont
g `· Quant aux personnes, beaucoup furent brülées vi- 11Ous
‘ 1 ves dans leur cave, d’autres atteintes par descoups tous
T de feu au moment ou elles cherchaient à sortir du Cyéïïi
` U brasier, d’autres dans leurs boutiques, d’autres sur C@ï'E€
la voie publique. << Rue de Bruxelles, écrit M. Gron- 1011*5
dijs, je vois à terre partout des tas de eadavres, ici sont
_ i trois, plus loin un, encore deux, encore trois, etc. >> QU1 6
Tandis que l’on disperse vers des destinations di-
verses la population màle de la ville, les femmes, (1)
tenant leurs enfants par la main, prennent leur part l‘· 24*