HomeReims, Soissons, Senlis, ArrasPagina 78

JPEG (Deze pagina), 719.87 KB

TIFF (Deze pagina), 4.90 MB

PDF (Volledig document), 64.56 MB

_ Fi
. ‘ . . ië l l
. M 79 ·· ‘
qu’tui. A Louvain inême, les etages sont soumis il · ` [ {
toutes sortes de vexations; les menaces de mort se , J
multiplient. ‘ Z V
Le soir du 25, on apprend que les troupes helges l
et, raeonte-t-on anglaises, ont remporté un avantage W ¥ {
sérieux et qu’elles approchent de Louvain. << Peut- Q p
‘ être la population montre-t-elle une certaine joie
qui méeontente les soldats allemands. >> De loin, on · J
entencl eanonnades et fusillades. _ j
Tout à coup, vers 8 heures, des coups de fusil · Q
secs et brefs retentissent, isolés, semblant provcnir Q ,
de tireurs habiles qui ont choisi leur but. ,
* Des soldats allemands parcourent les rues, crient L
aux habitants qui sont aux fenêtres de les fermer, W L j i
de rentrer chez eux, de ne sortir sous aucun prétexte,
à peine d’être emprisonnés ou tués. ” l
De vives fusillades éclatent simultanément sur
divers points de la ville; un religieux affirme que, Q
rue des joyeuses-Entrées, les Allemands affolés ti- ë
‘ rèrent les uns sur les autres; on y trouva, en effet,
6o cadavres de soldats allemands et pas un cadavre
de civil. De toutes parts les incendies éclatent. `
Le inercredi 26 aoüt, dès l’aube, M. Grondijs, - Y"';
` muni de son passe port, commence dans la ville ‘
une lugubre tournee: suivons-le pas à pas. Les envi- '
rons de l’Hótel de Ville sont en flamrnes ainsi que .
le Krakenstraat, la Drie­Engelenburet et le Marche
aux légumes". Les soldats ont une tout autre figure
que les jours précédents. Les yeux hagards, ils mar-
chent comme ivres... Ici ou là, ils manient des pom- A
pes, comme pour éteinclre le feu qu’ils ont eux-mêmes
allumé. Ils veulent préserver l’li-Iêtel de Ville". Le I.
. fait que les bureaux de la Kamïïmvzclczizw y sont _
installés et qu’une partie de la garnison y loge suf- à
Ht pleinenient 51 expliquer cet acte de inagnaniinité t
dont les intellectuels allemands ont fait paraden.
Partout ailleurs, ils laissent Pincendie gagner. Les
Halles avec la bibliothèque de l’Université sont déjà
détruites; on y a mis lc feu dans la nuit; à deux
heures du matin, les Prémontrés du inonastère du
«. N (6
c - F ` og- ,5 V Y " vv ua I