HomeReims, Soissons, Senlis, ArrasPagina 77

JPEG (Deze pagina), 732.53 KB

TIFF (Deze pagina), 4.90 MB

PDF (Volledig document), 64.56 MB

i F ‘ïf’ïTt r . :..4. ·. ·« ;.. .. rr.; ·. ..,. 1 L.-, ·. ïr;:::ï:;;;;;;;;;*·tr·`~· X q
il `
. ­­ 78 ­· '
ï groupes d’habitants qui rentraient à Louvain, char- qu
_ ges d’énornies paquets, saluant humblement les trou­ tc
pes allemandes qui passaient. m
Dans tels villages, on explique au voyageur que, si
les Allemands ont pillé et incendié les maisons, c’est Gt
la faute de eeux qui sont partis et qui auraient dü _ sé
recevoir eonvenablement Venvahisseur. ‘ êt
Dans la ville, l’attitude des habitants est serieuse Clï
A et digne; peu a peu pourtant on s’habitue au contact CD
, de l’ennemi : << ]’ai vu souvent, dit M. Grondijs,
i nombre d’l1abitants mêlés aux soldats auxquels ils Sa
f vendaient des friandises, de la boulangerie, des épi­ dë
, ceries, de la bière. >> Les soldats paraissent à. l’aise, ”
V surtout dans les quartiers pauvres. aU
= Cependant l’observateur intelligent n’était pas fik
` sans avoir remarqué que la plupart de ces hommes H
l n’avaient pas le même aspect que ceux des troupes _
en marche, précédemment rencontrées; les visages dl
‘ étaient moins calmes, les traits plus durs, la disei- q YP
' pline plus relàchée. On l’a dit avec raison: l’armée ml
i. allemande est beaucoup plus nerveuse qu’on ne le 60
ll _ eroit en general; elle est sujette ä des inquiétudes CIC
i et à des paniques qui, là ou elle se sent la plus forte,
q peuvent se traduire par la férocité. Et, d’autre part, ` ml
{lg L elle a un tel sentiment de la discipline que, comme UU
l’avoua a Louvain même un sergent-major catholi- ICI
l gg que, quelle que soit l’at1'oeité des ordres donnés, nul lc
i l ne croit, en les exécutant, engager sa responsabilité auï
‘ personnelle. Avec ces deux dispositions, on peut al- QW
i ler loin, très loin, sortir même des limites de l’huma- Chf
i nité, pour agir en monstre. Louvain allait en faire PGE
l l’eXpérience. all
W i La ville était privée de toutes nouvelles authen- » faï
’ tiques; pendant les journées du 24 et du 25 aoüt, ms
' _ courent les bruits les plus insensés, mis en cireula- Ht
tion par les soldats. Le professeur Seharpe eonfie à CIO]
M. Grondijs que toute la population des environs de Paï
` _ Louvain qu’il vient de pareourir est terrorisée et Hfa
que les habitants, jusqu’aux enfants, lèvent les bras dat
~ en signe de soumission, dès qu’ils voient passer q_uel~ hall
, (»