HomeReims, Soissons, Senlis, ArrasPagina 72

JPEG (Deze pagina), 746.22 KB

TIFF (Deze pagina), 4.81 MB

PDF (Volledig document), 64.56 MB

, J t s · l l
‘ J
, A ` 73- " i l
‘ é s 5
science et les idées modernes ? C’est ce que l’on sait · ­
‘ i mal lorsque l’on n’a point été formé à cette école, et ?
_ ce qui toujours étonne... Ah ! ceux dont la tàche est ‘
i de résister à cette puissance ont fort à faire. Ils sont S [
v en présence de rudes jouteurs. >> ïï q
_ En 1909, en effet, huit des ministres au pouvoir, ` l
‘ trois des six évêques belges et le cardinal primat, T , l
dix autres évêques, une légion de prêtres, de juristes, ‘ r
de médecins, de littérateurs, de savants, d’adminis- ° F W
trateurs et de fonctionnaires étaient d’anciens Louva- · l
nistes ; et, par mille sociétés, formées de bourgeois,
d’artisans, de cultiyateurs, d’ouvriers, ceux-ci éten- C
daient leur action jusqu’aux derniers rangs du {I l
. peuple. ” k
Avec un noble orgueil, le cardinal Mercier pou~ ‘
vait emprunter, sans crainte d’être démenti, la célèbre L
apostrophe de Tertullien : << Si nous désertions l’em- jl
pire, si nous quittions vos cités, vos ïles, vos forte- 4 è
resses, vos municipes, vos assemblées, les camps, les ·
tribunes, les écuries, le palais, le Sénat, le forum... Y
vous seriez épouvantés de votre solitude, et, en pré- ,
sence du vide silencieux devant lequel nous vous ,, li;
laisserions comme devant l’immobilité d’un monde `
frappé de mort, vous chercheriez anxieusement à qui
commander. >> i
Me sera-t-il permis, aux heures tragiques que tra-
verse la nation belge et Louvain, de vous lire l’adresse ,
qu’au cours de ces fêtes de 1909 je présentai, au nom ‘
de l’Instit t Catholique de Paris, à l’Université, notre _ -
soeur ainée, notre modèle ? Il m’est doux aujourd’hui
4 d’avoir écrit ces pages : _ s
A << C’est la merveille de Phistoire de votre pays, que,
, · resserré dans d’étroites frontières, il se soit à plusieurs ,
reprises, au cours de l’histoire, élevé au niveau des ·
; premières nations du monde par tout ce qui fait la WA
l vraie valeur des hommes et des peuples.
g << Grand par l’àpre énergie qu’il a apportée, dès
gg l’aube de la civilisation moderne, aux luttes sociales
5; et politiques qui ont été 1’origine de vos tradition-
nelles et maintenant définitives libertés. .


3
, , {r
l " ”` "