HomeReims, Soissons, Senlis, ArrasPagina 71

JPEG (Deze pagina), 742.12 KB

TIFF (Deze pagina), 4.81 MB

PDF (Volledig document), 64.56 MB

L ° ` i ` ' " " Y` "" '`'` ”""""""`_*"_""’····r·`····:· -•~-»-·;~««
. 1
_ . -­ P s- ` ` `“ i
Mgr Sterckx le présentait à ses augustes collègues. ‘ . ;
Mgr Delplanque, évêque de Tournai, Mgr Bousson, «
. évêque de Bruges, Mgr Barrette, évêque de Namur, ne ’ «
pouvaient croire à la possibilité d’exécuter un si vaste . <
des·sein. Ma.is oelui qui se récria le plus, fut Mgr Van
Bommel, évêque de Liège, destiné cependant à L · {
devenir le plus ardent promoteur de l’oeuvre nouvelle. (
Les explications fourniies par Mgr Sterckx et M gr (
Van de Velde calmèrent peu à. peu toutes les craintes _t
et toute·s les oppositions. La fondation d’une Univeïr I
I ‘ sité libre catholique fut décidée à l’unanimité des C
suffrages. De concert avec l’archevêque, Mgr Van C
p Bommel proposa comme recteur l’abbé de Ram, _ P
homme d’étud«es et d’administration, dont la main
1 puissante imprima, en effet, à l’Université restaurée V
les directions qui, depuis quatre­vingts ans, ont fait a
- sa force et son honneur. P
Le 13 décembre 183 5, Grégoire XVI accordait H
* l’érection canonique par un bref, digne pendant de la U
bulle de Martin V en 1425. Les statuts organiques V.
F portent la date du 1 1 juin 1834. SC
1 L’Université siégea quelques mois à Malines ; mais lg
. Louvain ht entendre la voix des traditions et des fl
4 souvenirs ; l’épiscopat s’inclina volontiers et traita CC
in avec la ville.
La Belgique catholique avait retrouvé son centre W
*i d’attraction et de formation. ql
e C’est vraiment de Louvain qu’est partie la conquête C],
l ` de la Belgique moderne par les catholiques, catholi­ SC
ques instruits, éclairés, capables de toutes les initia­ Cy
J tives et de tous les progrès , L
‘ Ecoutons, sur ce point, le témoignage peu suspect 4 . ml
d’un journal libéral, la Gazelle de Bruxelles, à l’occa- IC]
sion des fêtes jubilairesi de 1909. , pr
« L’Université de Louvain est une puissance, une ï V1-
grande puissance. Nous ne le savons que trop. Com- g
_ ment cette force s’exerce, comment elle réussit à ya
imprimer des directions à l’armée catholique, com- ä. et
ment sfaccomplit ce constant prodige que constitue mg
un enseignement parvenant à concilier... la foi avec la
ä