HomeReims, Soissons, Senlis, ArrasPagina 68

JPEG (Deze pagina), 754.56 KB

TIFF (Deze pagina), 4.77 MB

PDF (Volledig document), 64.56 MB

1 I ë s
i ` IT i
"" 69 "` i L T:
L , 1 : g
rant doctrinal qui entraina dans ses flots mêlés tant f 5 1
I de chrétiens au XVII° et au XVIII° siècles. Parmi ï
ceux qui bataillent contre l’erreur, il en est toujours L
qui, pour mieux assurer sa défaite, estiment meilleur
de se placer sur le terrain de l’adversaire. Ils lui 1
empruntent sa méthode, puis, peu à peu, glissent vers - I l
; sa doctrine, en lui concédant quelque chose.
f Ainsi fit à Louvain, vers le milieu du XVI° siècle,
A le professeur de philosophie Baïus, president du col-
i lège Adrien VI. Ardent à réfuter les hérétiques, il V i
1 ne voulait invoquer contre eux que la Sainte Ecri~
ture et ceux des Pères dont il reconnaissait l’autorité,
Saint Augustin surtout. Volontiers, il leur1abandon­
nait toutes les additions de la scolastique. ‘
Et bientót il inclinera lui-même vers une forme 1
_ mitigée des erreurs protestantes sur la nature de ­ I
l’homme, radicalement viciée par le péché originel, J
et sur les rapports de la liberté et de la gràce : << La ,
liberté et la nécessité conviennent au mêm.e sujet sous ’
le même rapport, et la seule violence répugne à la `­
liberté naturelle... Le libre arbitre de lui-même ne
peut que pécher et toute action du libre arbitre laissé Q
à lui-même est un péché mortel ou véniel. >>
Condamnés par Saint Pie V et par Grégoire XIII, ‘
Baius et ses disciples chicanèrent suivant l’usage et ·
discutèrent l’autorité de l’Eglise, inaugurant déjà les
trop subtiles et trop fameuses distinctions du jan-
sénisme.
` Baïus mourut en 1589 dans la paix de l’Eglise.
1 Mais après lui, son disciple jacques janson devint I
; le chef du parti et ce fut lui qui forma jansénius,
En 1621, celui­ci mit sur le métier le livre qui était .
destiné à faire couler tant d’encre et à provoquer - l
tant de conilits : l’/luguszfivzus.
]usqu’à la fm de l’Ancien Régime, en dépit de la
concurrence des Universités de Leyde et de Douai,
* Louvain resta la ville universitaire par excellence.
A Elle ne comptait pas moins de quarante-trois col- I
lèges, ou péclagagics, richement dotés ; dans plusieurs i
d’entre eux, jeunes élèves et étudiants étaient héber­
Q
”" ` .. I I I _ __ «’