HomeReims, Soissons, Senlis, ArrasPagina 66

JPEG (Deze pagina), 698.53 KB

TIFF (Deze pagina), 4.75 MB

PDF (Volledig document), 64.56 MB

· u
i 67 - ,
outre Penseignement des lettres, celui des sciences ; ;
qu’à l’heure ou cette faculté enfrait dans les voies , F g
de Vhumanisme, la Faeulté de droit transforinait, ;
elle aussi, et modernisait son enseignement, avec les A
maïtres tels que·Mudaeus et la Faculté de médecine 5
les siens, à la suite- des leçons qu’y donna Vésale au ‘ l
début de sa carrière ; et nous pourrons entrevoir lc
rayonnement qu’obtint alors l’Université de Louvain. ·
Lorsque ému et inquiet des premières eontroverses
religieuses, ou il fut inculpé, Erasme quitta Louvain, _,
il avait rendu le témoignage à. son Université , l '
<< qu’elle ne le cédait à aucune, sauf celle de Paris >>.
Et e’est une nouvelle Athènes que, vers la lin du
XVl° siècle, saluera en elle l’un des derniers, mais '
des plus illustres parmi les humanistes, élève et
maitre de la même Université, ce fervent des lettres ·
J et de la sagesse antique, cet ami de la paix, des jar- _ ,
dins et des {leurs, Juste Lipsc, que tinrent à entendre L
Albert et lsabelle, les premiers souverains presqu’in-
jp dépendants de la Belgique, et que peignit Rubens :
i Salvete Atlienm nostrze, Athena; belgicze
O fida secles Artiurn et fructu bona, ä
Lateque spargens lumen er nomen tuum! L j=
Pendant de longues années, Juste Lipsel lui-même
avait fui Louvain. ·
De nouveau, en effet, comme cent cinquante ans
plus tot, le sang ruisselait aux Pays-Bas; et, cette '
fois, les rivalités des princes et les luttes de classes `
n’en étaient point la cause principale, mais les que-
relles religieuses, déchainées par la révolte de Luther.
ll n’avait pas fallu longtemps aux théologiens de g
Louvain pour discerner ou tendaient les nouvelles
doctrines; l’aeharnement d’Erasme et de ses amis ä
contre la scolastique leur avait inspiré des déhances li
dont l’avenir devait prouver le bien fondé; le pro- _
fesseur Latomus s’en était même pris avec véhéinence ,
au collège des Trois-Langues. A peine les idées de g
Luther commeneèrent-elles a se répandre, que la Fa- ,
culté de Louvain en découvrit tout le venin. La fureur
E
i` u , __ ,,___, (J