HomeReims, Soissons, Senlis, ArrasPagina 65

JPEG (Deze pagina), 696.00 KB

TIFF (Deze pagina), 4.75 MB

PDF (Volledig document), 64.56 MB

1 jl i A V i I ­ " ` """""""‘"""*-­­ ­~­- « M- .,,, _
I i ` · . ·
E l `
ä ` ­-·· 66 ­­
{ suivant la justeremarque de Fustel de Coulanges,
y nos historicus et plus particulièrement les maitres de
E l’Universite, reservent-ils la meillcure part de leurs
g eloges ii la Reforme P De même qu’aux siècles sui-
vants, très indulgents pour Guillaume III ou Fré- 1
, déric II, ils se montrent impitoyables à l’egard de g
` Louis XIV et de Louis XV. ,
L’Univer·site de Louvain prit parti pour la Renais- J
~ sanee et contre la Reforme ; son role parmi les Uni-
E j versites d’Europe fut important et elle contribua à 1
I maintenir, ii orienter dehnitivement la Belgique, sur la 5
­ voie de ses traditions latines et de ses clestinees catho­ <
liques. Gloire lui en soit rendue ! _
5 C’est sous les princcs de la Maison de Bourgogne 2
M que les provinces bclges avaient commence de tour- (
i ner leurs regards vers la culture antique renaissante ; I
I sur plus d’un point, elles avaient precede la France 1 E
` elle-meine, oii les provinces clirectement soumises au C
I Roi ne suivaient encore que cl’un pas inegal les bril- _;
X; lantes initiatives de la branche cadette des Valois’; ; C
l’inHuence des Pays-Bas sur la Renaissance française
ig ne saurait être contestee ; la litterature des [iz/izzirvtes
, de Louvain, au XVI“ siecle {ut européenne.
Aussi bien, des le debut de ce sieclc, en 1502,
, voyons-nous s’etablir, ii Louvain, celui que l’on a.
ï appele le pen: als Za Kczzzzissmzcc et qui {ut, à tout le 3
2 moins le prince des humanistes, Erasmc. Il se plaït
E dans ce centre d’etudes, Z0ïwmi, placeïzl wmzécz, et,
s’il le quitte en 1504, c’est pour y rcvcnir, en 1517, lä
assurer la fondation du college des Trois-Lrmgzzes, nl
do ii la munihcence de Jeremia P>usleiden._Or, le col- K
lege des Trois-Langues, c’est tout simplement le type
original, le modèle exact, de notre Collège de France, L
foncle, treize ans plus tard, par Francois I". Erasme Ch
en designa les prcmiers titulaires ; les auditoires for- CC
mes par Paludanus et par Dorpilus accueillirent avec d(
laveur l’enseignement nouveau et en repandirent la fe
i · methode et l’esprit clans tout le pays. at
Songeons que la Faculte des Arts, à laquelle se L1
rattaeha le College des Trois-Langues, comprenait, Cu