HomeReims, Soissons, Senlis, ArrasPagina 64

JPEG (Deze pagina), 722.06 KB

TIFF (Deze pagina), 4.73 MB

PDF (Volledig document), 64.56 MB

­ 6; -. . li
` - achevée dans ses éléments cssentiels. Les papes et i
les princes devaient enrichir encore l’Université de _ ï
bien des avantages et des faveurs; elle-même allait _ E
grandir rapidement et devenir le foyer de la vie " El
intellectuelle et, à, certains égards, de la vie publique l
du pays. `
Vous n’att·en.dez pas de moi que je vous retrace Q
l’histoire a tfavers les ages de cette grande et féconde '
institution ; aussi bien est­elle contée en ces semaines
mêmes, à Paris, au Collège de France, par un maïtre i
qui la connait tout autrement que moi, M. Belannoy, ·
professeur et bibliothécaire à l’Université de Lou~
vain, que nous avons été heureux d’accueillir au len» .
demain du désastre qui avait atteint sa bibliothèque, I,
sa ville et sa patrie. °
D’un pas rapide, je parcourrai seulement quelques J
sommets. · ä
· Deux grandes fautes de nos rois, fautes dont la
Belgique et la France expient encore aujourd’hui les ­
E conséquences, - il y a de Z’iïrépamZ2Ze dans l’histoire r-
des nations comme dans la vie des hommes, - je veux
dire l’odieuse perfidie dont Louis XI avait usé envers . il
Marie de Bourgogne, la lille de l’héritière de Charles I
le Téméraire, puis l’impolitique rupture de Char- Y
les VIII avec sa üancée, Marguerite d’Autriche, fille l
de cette même Marie et du futur empereur Maxi-
milien I°’, avaient, pour trois siècles, fait passer les
Pays-Bas belges au rang des domaines de la Maison
d’Autriche : le mariage de Philippe-le­Beau avec la
` ülle de Ferdinand et d’Isabelle-la-Catholique les unit
_ à la couronne d’Espagne et ils y demeurèrent joints , '
; lorsque l’abdication de Charles-Quint eut partagé
i entre la branche espagnole et la branche allemande i
F les Etats de la redoutable rivale de la Maison de -
France. - ‘
i Le temps ou s’accomplissait cette grave évolution ,
q politique était aussi, dans toute l’Europe civilisée, . .
L le temps d’une grande révolution intellectuelle et 5
§ morale : celle qui se résume en ces deux mots immen- i.
T ses : la Renaissance d’origine germanique. Pourquoi,
i E
= . _ ._,g ‘ W