HomeReims, Soissons, Senlis, ArrasPagina 62

JPEG (Deze pagina), 721.78 KB

TIFF (Deze pagina), 4.73 MB

PDF (Volledig document), 64.56 MB

L a li in
L ­- ós - lf
prairies sont devenues des ossuaires, et, sous les pas, 1
elles suintent le sang; nobles et bourgeois s’y livrent r
dïeffroyables combats; les uns appellent les Anglazs, Q E
les autres les Francais; ce malheureux pays devient l
la victiine et de ceux qui l’attaquent, et de ceux ~v·i l
le défendent; hélas! l’histoire se recommence. S
Le Hainaut, la Hol«lan«de, la Zélande, la F rise, sont Q
divisés en deux parties qui s’exterminent, les uns
tenant pour le fils, les autres pour la mère, dans leurs ¤
querelles impies et sanguinaires. A peine une guerre ä
p s’achève-t-elle qu’une autre éclate.
Dans le Brabant, le duc jean IV lutte contre sa ,
L femme jacqueline de Hollande; il vit publiquement I ,
i avec une autre femme; jacqueline obtient de l’anti-
’ pape Pierre de Luna l’annulation de son mariage et A
épouse le duc de Glocester; celui-ci porte la guerre ’
‘ dans les Pays-Bas et laisse à Mons son épouse qu’il ,
n’a.ime pas, abandonnée en un réseau dïntrigues,
.- entre l’évêque de Liège, son oncle, le duc de Bra- ·
L bant, son précédent mari (elle en eut quatre) et le Q
duc de Bourgogne qui tente d’appréhender la Hol- A
_` lande. .
Qzriciquid delimm zeges, pleclzmmr Ac/zivi. ‘·
( Le pays est livré ici à l’eau, - les digues sont ou- i
L vertes et des villages entiers sont inondés, - ici au
. feu, et pour parfaire le tout, règne la peste .
» joignez à tant de maux qu’au début du XV siècle
‘ l'empire est en proie à Vl/`enceslas l’[w0gue et le
4 Saint Siege, déchiré par le snchisme; deux ou, troïs
V papes ou antipapes s’exco·m¤munient ou e=xcomm·i­s ,
l nient leurs üdèles, troubles ,désespérés, prêts à se r
V jeter, comme beaucoup le disent, << en la main du p
ï cliable >>.
2 En 1425, l’aube commence à poindre 2 sous le pon- ‘ '
i u tiücat prudent et sage de Martin V, le peuple chré~ L
· tien revient à l’unité; l’Empire, bien qrfensanglantê ·
{ par les guerres hussites, admire les brillantes qualités I
f de son chef Sigismond ; en France, à Domrémy_ ä
V Jeanne la Lorraine, ágée de·treize ans, entend ses ··
voix.
· l
L I ‘ ` {lf