HomeReims, Soissons, Senlis, ArrasPagina 59

JPEG (Deze pagina), 703.98 KB

TIFF (Deze pagina), 4.68 MB

PDF (Volledig document), 64.56 MB

E - 60-- ,
bout, de Crayer et de Verhagen. Nous regrettions
de n’y plus trouver la Sainte-Famille de Quentin
Massys, enlevée à la chapelle dont elle était la "
gloire, pour être transférée au musée de Bruxelles.
Aujourd’hui nous devons nous réjouir qu’ell«e n’y soit
point restée!
. Faisons quelques pas le long d’une rue princi-
pale qui part de l’Hótel de Ville et nous voici dans
le troisième édiüce en qui s’achève la trilogie monu-
mentale de Louvain. Ce sont Zes Halles, les Halles
» aux drapiers, construites en 1317, et cédées en 1431
à l’Université, dont elles devinrent le centre. Au pre-
mier abord, l’impression est étrange; on pénètre en
une sorte de 'cour plafonnée, dont les nobles arcades
i et les vigoureux piliers donnent plus l’idée d’une
salle des gardes que du vestibule d’un temple de
la science; au fond de cette cour fermée, un double `
csealier de pierre monte vers des salles dont le style,
noble d’aileu1‘s, n’a nul rapport avec celui de l’entrée.
l C’est quïen effet, au XVIF siècle, les autorités uni-
ï versitaïres surélevèrent, agrandirent et remanièrent à
§ leur usage l’antique bàtiment sans se soucier le moins B
ti du monde d’accorder leurs constructions avec ce qui
restait d’un passé trop barbare sans doute à leurs Q
yeux. Dans quelques-unes de ces salles se trouvait · ii
{ la vénérableet précieuse bibliothèque, plus de deux
‘~ cent cinquante mille volumes, huit cents incunables,
. cinq cents manuscrits, des portraits et des tableaux, _
ou revivait l’histoire de l’Université.
Combien de villes envieraient à Louvain ces
trésors d’architectur»e. Mais combien d’au·tres aussi,
en Belgique surtout, ~ mis à part le pur chef-
d’oeuvr de l’Hótel de Ville que les Allemands ont i
respecté, -­- peuvent présenter à Vadmiration des
hommes de plus nombreux et plus beaux monu-
ments : ville tranquille, assise sur ses prairies t
humides, entre ses collines boisées, doucement par· l
courue par la Dyle, Louvain n’a ni le charme, ni lzi ‘
variéló, ni la mélancolie de Bruges, ou toute vieille
maison, tout détour d’un canal, tout hópital, toute l ;