HomeReims, Soissons, Senlis, ArrasPagina 54

JPEG (Deze pagina), 644.45 KB

TIFF (Deze pagina), 4.62 MB

PDF (Volledig document), 64.56 MB

i r Fa
l · T all
l r ii
l i ·
G · " T
E LO,U VAIN {
« l
s mw`- l l
F «
l Entre tous les forfaits par lesquels la barbarie
Q allemande s’est vouée à Fexécration des hommes, il l
l CH est lCl'OlS OU qllïxltfê qlll Ollt p‘I‘OVOqllé ul] SlIl'S3.lllI '
ë plus violent d’indignation. Et ·c·e ne furent pas tou-
g jours les plus cruels. Les hommes, en dépiit de leur ,
T égoïsme, ont un tel fond de générosité, un attrait g
l si puissant vers l’idéal, un tel sentiment au.ssi, sur-
i E tout en des temps tragiques comme le notre, du g
J caractère éphémère de leur vie, qu’il sont capables Q
d’indulgenoe pour oeux qui n’attentent qu’à leurs
jours: les massacres s’oublient. A peine l’histoire
‘ mentionne-t-elle les cruautés d’Omar : mais, depuis
tantót treize siècles, elle n’a jamais cessé de désho- i
, norer sa mémoire parce qu’il ordonna de brüler la A
bibliothèque d’Ale·xandri«e. Ainsi feront figure pour ; il
l la postérité des crimes com·me le bombardement de Q E
, la cathédrale de Reims ou le sac de Louvain. Pour- E ”
{ quoi? Paroe que, de tels attentats ne· visent pas
§ seulement le corps de l’hommie· desitiné à périr un
Z, peu plus tót, un peu plus tard, mais l’àme même
d’un peuple et le pur esprit d’une eivilisation.
g Cela, Louvain l’était­il donc pour la libre et chré- ä
tiennne Belgique ? Oui, je ne crains pas de l’af.F1rmer.
W Maisw comment P R
j; Dans la vie mobile, changeante et tourmentéc des §
Pays-Bas, Louva.in a-t­e·lle tenu, le róle de ces
grandes cités historiques en qui s°incarne et se ré- E
sume presque toute l’existcnce d’u.ne· nation 9 ,
, Certes, son histoire est honorable. Que la ville ‘_
g iwemonte à l’époque romaine, peut-être n’est-ce pas E
démontré, en dépit du Mont-Cémr qui commande ti I
§ l’une de- ses portes, celle^de~»il/laliries, et se couronne
ë encore des ruines du Lhëïteau des Ducs de Brabant. ·,
4 I
i Q, l
_ i 1 i q _ . _ egjq _ W __ °4“’