HomeReims, Soissons, Senlis, ArrasPagina 43

JPEG (Deze pagina), 712.80 KB

TIFF (Deze pagina), 4.83 MB

PDF (Volledig document), 64.56 MB

ques lignes admirables que mon ami, André
‘ Hallays a consacrées à ce couronnement de la Vierge Q è
dans un de ses charmants volumes de Flámriex en Q
France : Az¢z‘0z¢r de Paris (1) : Q; t
Pensez au couronnement de Chartres, à celui de ‘
Paris, - rappelez-vous ce que nous avons entrevu de
Reims dans notre causerie de vendredi dernier, à cet
" épanouissement universel d’une pensée divine et hu- g,
maine dans les formes les plus simples, les plus “C
, harmonieuses, les plus rmz‘2zrelles... L’art chrétien
reçut de l’esprit français sa forme la plus pure, la Q.; A
r plus souriante et la plus universelle. La statue de ‘
saint Leu cl’Esserent que je vous montre n’est pas
j indigne de prendre place dans ce peuple d’élus. ly i
A Soissons même, - j’y revins, puisque c’est,
hélas! une des villes les plus martyrisées dont nous
V ayons à parler, ­- au quatorzième siècle, tandis que Q
;= le même architecte, probablement, couronnait la
Il`; 'eathédrale par la tour que vous avez sous les yeux, {
V et que les obus allemands ont abattue, et édifiait la ,_ g
ln façade de Saint-jean-des­Vignes, une noble statuaire, ­ ç
JF, comme vous voyez, trouvait encore place dans les 5,
F ' parties hautes de la magnifique abbatiale. Qu’en
, reste-t­il après les derniers bombardements? i
I ]’arrive maintenant à la dernière des villes mar-
g tyres dont j’ai reçu mission de vous parler, à Arras.
Y (1) En jïámmi. A tmwers Za France, Amfaur de Paris,
pgar André HALLAYS, p. 63 et suiv.
Quant au eouronnement de la Vierge qui occupe la partie J ë
‘ superieure du tymptan, il a été respecté, lui aussi, des icono-
clastes et des restaurateurs. De toutes les images de la Mere **
, de Dieu que nous a laissées la sculpture, je n’en sais pas de
5 plus émouvante que cette Vierge de Senlis. C’est une pay- · Ei
e sanne, une simple paysanne aux traits lourds, à la face §I’
L résignéçe. Ses miains distraites retiennent à peine le sceptre
lg et le livre ; elle est prete à toutes les douleurs comme a Q
ä toutes tles béatitudes, exténuée de. miracles, çharassée de
l niaternité, encore et tougours arzczlla Domzm, même au ïr
g milieu des gloires du couronnement et des splendeurs du
{ A pamdis. · · ç [
ä 2
M
E te
. . .l "
. ~