HomeReims, Soissons, Senlis, ArrasPagina 42

JPEG (Deze pagina), 748.02 KB

TIFF (Deze pagina), 4.83 MB

PDF (Volledig document), 64.56 MB

V ;7.` ç `V`?""""""""‘“““°"““““·*‘“**^*·-¤­¥#~«ï·ï>iiC>$5·«Fiiï«
2
; zt - 42 ­-‘
2 ää
E lg avaient été de géniales initiatrices. Mais elles avaient
è toutes gardé je ne sais quels tics d’atelier, une `
certaine façon arbitraire, - héritée ou transposée
l Ff d’arts antérieurs, - de traiter la draperie, de
§, Pagiter, de la froisser ou de la retrousser. L’esprit
{ij français connut tout cela, mais progressivement,
ï discrètenient, délicatement, il élimina et revint tout
5;. doucement à la nature, et à l’eurythmie. T
Regardez par exemple, la façade occidentale de I
è A Senlis. Voici la representation familière, charmante, i
Tl naïve et S1 populaire des travaux des mois, car
ai chaque cathédralela son calendrier. Volyez le bon- l
Ej homme janvier assis à sa table, et son voisin Février; _
· remarquez les plis très arbitraires que font encore l
çà et là les draperies de leur vêtement. Vous les
;‘ q_i« ` retrouverez ces mêmes brusquesqretroussis festonnés
` ;ë au tympan le plus ancien de la façade occidentale ,
de Notre-Dame de Paris. Regardez, à présent, les l‘_
ië mêmes personnages à la façade occidentale de
; l Reims. Comme l’allure est plus monumentale! mais ·
Q c’est dans les premières simpliücations des imagiers
i e de Senlis, qu’on saisit le point de départ et la {,74
i l condition même du chef­d’oeuvre postérieur. {
Voici une des têtes ­- stupidement refaites -T des ·
Z; ~ grandes statues de la porte centrale. Ne reconnaissez-
i A vous pas là comme la première pensée, l’ébauche déjà I
W admirable du saint Paul de Reims que je vous mon-
iê §jW trais vendredi dernier? j
-‘ Enfin, au-dessus de ces figures, voici le tympan ou
TW; . la Vierge est couronnée, après que, accomplissant
ï l’ordre de son F ils, les apótres d’abord sont venus la
wg déposer dans le tombeau de la vallée de Josaphat et
g les anges, également dociles à l’ordre du Maitre, l’en
f retirer pour la ravir au ciel. Cette ardeur des apótres,
; cette application empressée, respectueuse et tendre, `
cette agitation charmante et si juste d’eXpression des
anges, tout cela constitue dans notre statuaire une
date solennelle, c’est le moment ou la grande sculp­
Q ture française va décidément briller sur le monde. R,
Laissez­moi vous lire, puisqu’il n’est pas ici, quel- 5
l__ · g
g 57 l
§· Q l
lá ç _