HomeReims, Soissons, Senlis, ArrasPagina 40

JPEG (Deze pagina), 719.15 KB

TIFF (Deze pagina), 4.81 MB

PDF (Volledig document), 64.56 MB

l
2 H _ _ ë=
1 ë -­ 4O -­ *
ïï ` 2
Q rable, la façade de Véglise abbatiale Saint­]ean­des- "
1 Ci Vignes de Soissons!
; Vous avez vu à Morienval le début de la voüte
Q française sur croisée d’ogives -- vous ai montré
M Fi dans le déambulaire de Saint­Denis son premier t
, triomphe public, sa première apparition officielle, si
l l’on peut dire, ~­ et voici un des premiers et plus
· ji parfaits chefs-d’0euvre de l’architecture désormais ‘
maïtresse de la chrétienté. C’est le croisillon méri-
dional de la cathédrale de Soissons, qui est vrai-
, 1 semblablement démoli par les vandales à l’heure ou
»: f, je vous le montre sur l’écran lumineux!
v ,| Entrons dans cette merveilleuse église, nous _
sommes là vraiment au coeur de l’art français, dans ‘
E ce que l’on appelle le << gothique >> primitif. Plus
tard, à l’époque Hamboyante, il est possible, il est
,i probable que des inüuences étrangères sont venues, R
dans des complications souvent inutiles, se mêler aux I
,;_ ;t Vieux principes de l’art initial. Mais ici, dans cette ,;'fli·;
f “ sobriété, dans cette pureté, dans cette élégance, dans |«
§ ‘ i ce je ne sais quoi de déjà racinien, de doux, d’austère , ,
1 et de charmant, dans ce sentiment du rythme qui gg
¥ comble l’esprit d’un indicible bien-être, soit qu’on se al · {
M ` promène dans le déambulatoire, soit qu’on considère
des bas cötés aux tribunes et des tribunes au trifo-
i l ‘ rium, Venchainement et l’harmonie des formes, ne
trouvez­vous pas, ne reconnaissez-vous pas la mani-
festation même de ce qui fera, à travers les áges, la
'_ =, marque propre de l’esprit français ? ­ _
Y
« *** l
1 En même temps qu’ils créaient cette architecture, `
' ig nos ouvriers, nos maçons, nos sculpteurs faisaient ._
zi bien d’autres trouvailles. Et ici encore je voudrais
Yi vous faire sentir dans ces conquêtes incessantes, la
,§ prise de possession de l’esprit français. *
i Q ljornementation romane, souvent admirable, - et é
je suis bien loin d’en faire fi, - était en somme un ç
ii composé hétérogène d’éléments forts complexes dans
? si 2
F äï ’
=.ä _ _ ç p _ t al