HomeReims, Soissons, Senlis, ArrasPagina 4

JPEG (Deze pagina), 1.12 MB

TIFF (Deze pagina), 5.14 MB

PDF (Volledig document), 64.56 MB

, · ` ,_,lïïïY*?
1 . · · ` ‘
.­ . .ï·.;,; . _· = · ·­ ‘_· « . gg;. . il . · ·
3 ·`¥ §‘· R 1 ‘ » Q .. er-)- _ - M ··<"" " ‘­ ‘ ~ si war 1 -
* . ··.. " "' ­ ` ’ · ·‘ > . ;·lFi ¥ ·
‘ ` A ` l ‘ · v· _ V '· · _· .·.ï·?A{ ',.`¢» f­ 1* ·“ï" ' ‘
. POUR LA PROPAGANDE A L’ETRANGEB;,, t, ,A‘· · · ‘
i , i _=;u..,;ï;> V. `Lj; · r
. L'A11emagne poursuit, avec une opiniátreté, et une prerfldteäïiqu [ V·· ‘ - _
rien n·e lasse, sa campagne de mensolnges à travers le monde._2_·E1·l ‘ p r
inonde les pays neutres d’éc1·1ts de toutes sortes et de. tous formgats . ,
qui vont, dans la langue dc chaque pays, repandre a_pr¤rus1¤n;#1a il . .
calomnle. Nous croyons volontiers que, notre cause étalnt‘cel.le$_~_di gl
droit, pour en faire eclater la justice à tous 1e-s ·‘ yeux, il suffït; ’- `T ,
sa. propre sple·nde·ur. C'est u-ne illusion co·ntre laquelle -ï§entenc=;.t« _ lf, ~ _
recemment M. Poincare mettre en garde ses confrères de 'Academ J M J
S en leur demandant a. tous d'etne, per- la parole et ,p·ar la plume, eu g- gt ;= .
aussi, des combattants. ,- ‘ g ;» 5;‘·j·4­j; J l_ ‘ , .
, Des commissions offlcfelles ont ere instituees. Elles ont reumrgamr ,· T ' `
la premeditation allemande, contre l·es atrocites allemandes, des preuv P . p '
accablantes. Je pense-que leurs rapports ont ete traduits ou vdnt'J’eti . V ‘ ‘ Q
et que le nécessaire sera fait Eour qu'ils pa.rvi.enn·ent là ou iljmpoi l ‘ ‘ -
surtout qu’ils soient connus : ers de France, -‘ " ­· ,, g;;ï;,, lr ‘_ ‘*‘*‘­­·
Mais le gouvernement nc peut pas tout faire. Il faut qugilïtsç · l "_I;,_,, .
seconde par Pinitiative privee. Je tiens donc a signaler, à titredexez l l
ple, lïeff-ort que tentent, en ce moment, quelques ecrivainsv franjv ; ,- AND,
. pour organiser une large propaganda à. Pétranger. ` gigiig . M ’
__ Ils avaient entre les mains un instrument toutjprêt :r_­la~.Se',,g. *· ·..‘ 90NSERVATEU
des Conferences. Cette soclete est assez connue: c'est_sous.ses aus te j { E 4 =` .
gu’ont ere donnes les cours fameux de F. Brunetière, de Jules .Lem»al lj q · _ ·
i ’Emile Faguet, de Maurice Donnay, les e« grands cours .» der wl {~ .
temps­cï. Elle a pour orateurs des hommes dont le nom seul est ,d1 ' `a ; . ‘
· une reoommandation et une force vis-aavis de Vetranger. Je ci-terai ·• jl `· Q
academiciens comme MM. Gabriel Hanotaux, Frederic Massetj weer ·i• ` ï_
· äuis de Segur, Jean Richepin, Maurice Donnay, Alfred Cap·us,j«desq K S
iplomates, des j­ournaliste«s, des savants, comme Fernand, Lau"det,g« ~ i ~ «
Gaston Deschamps, Andre Beaunier, Andre Michel, ­CáIIIULB Belllaiguïegi A ~ . ­r­--
auxquels se sont joints l’abbe Wetterlé, Mgr M.arbeau,,l’her0ïq’ue·f f . J »
evêque de Meaux et Mgr Baudrillart, 1'éminent recteur de l'Institutzf; ;·· PAP-
Catholique de_ Paris., _ g . w M BAU
_ Cette année, en deux series de conferences, dont 1’une` p.orte._‘oe‘··
beau nom l'Espérance Française et l‘autre oe nom tragique les Igillesw , ECTEUR DE]
Martyres, ils diront l’àme fïdele de 1·A1sace­Lcrra1neretl 1’áme fiere v Q F t
de Paris, le patriotisme de la presse et le noble iaeais de la cultur4 _ .`‘. ,
française ; ils denonoer-ont larfourberie de Pagression allemando e "
la barbarie de la guerre aux chefs­d’oeuvre de 1’art. Ainsi ils- porteren. { ‘
temoignage pour l­eur pays. Ils ezgprimeront -­ ce qu’on ignore totale- ;_ .
ment à l'etranger ­- l‘opinion, la pensee française. ‘· »_ T Y . _,
Que ces causeries, simptement eloäuentes, viennent rechauffer. nest l .
ooeurs, c’est bien. Mais il y a mieux faire. Cette annee, 11 ne suffit 1. ·
‘ pas de p_a.rler pour nous, il faut parler pour ceux qui, hors de chez; ’ ·
nous, ont besoin d’etre renseignes par nous, I1_ faut que la parole * i
française parvienne partout ou il y a une conscxence a eclairer. u i _
Ce sera fait. ` . 4 ; j PIJ0N-N(
. La Société des Conferences, grace au concours de la Revue Hema- _ f _
M madaire, a pris ses"dispositions pour faire traduire en onze langues ‘ zj __
toutes ses conferences, dont chacune deviendra une sorte de petit M; .
tract. Elle s’est alssuré des correspondants qui les répandront par § g ·
mtlliers d’exempla.i1wes en Italie, Espagne, Portugal, +Boum­ame_ Bul; g _
. garte, Grece, Hollande, Suede, Norvege, Danemark, Suisse, E.tats­Ums. ·‘ ~
‘ RENE DOUMIC. f ' ­
de Mcadémie Française. · .