HomeReims, Soissons, Senlis, ArrasPagina 38

JPEG (Deze pagina), 757.83 KB

TIFF (Deze pagina), 4.86 MB

PDF (Volledig document), 64.56 MB

Y soulagée de place en place par ses arcs-doubleaux. l
Q Jetez d’un doubleau à l’autre dans chaque travée, p
ä deux arcs se croisant en diagonale, vous aurez quatre ‘
q ; compartiments 1ndépendants... C’est le commence-
’ ment de la solution nouvelle : c’est la petite trou-
i vaille de ces petits maçons de village, ou tout l’avenir
est en germe. Ces arcs diagonaux constituent la
<< croisée d’ogives >>, l’armature essentielle de la
; voüte française, de Z’0p2¢s fïcmcigemwz. ]’en mets. ·
1 sous les yeux un exemple pris à Morienval, une église p
dont les archéologues se sont beaucoup occupés et
"‘LT §‘ sur laquelle il se sont beaucoup disputés! Un peu i
trop! l
Qi! Eh bien, c’est de ce procédé si simple, fruit du
;§ bon sens populaire, que par une suite de consé-
quences logiques, rigoureusement enchaïnées, est sorti l
R l’art des cathédrales. - Et dans cet autre exemple, i
" les admirables ruines de l’église cistercienne d’Ours-
ä E! camp, dans la forêt de Compiègne, je vous montre, 1· gg!
5* sans plus attendre, une expression résumée, mais mer- _ Vi
veilleusement expressive de ce système. Ajoutez-y Fit,.
` i les arcs-boutants et vous avez l’ossature complete, Y!
A la << charpente de pierre >> qui soutient les plus vastes ; l
ä { cathédrales, leur permet de s’élever, toujours plus /
hardiment, supprimant presque les murs, multipliant,
élargissant les sublimes verrières. _
‘ Mais si vous voulez suivre, entre ces deux points,
pg`, toutes les étapes de l’invention, tous les monuments
de la belle et féconde époque de la << transition >> ’
et du plein épanouisseinent, il faut vous promencr
dans l’Ile-de-France. Le Soissonnais dans un déli-
cieux cadre de nature française! Ah! messieurs, l’in-
comparable leçon d’archéologie. Presque à chaque
détour du chemin, un clocher avec sa tour en bàtière
ou sa Hèche, vous adressera un appel discret et char-
mant, vous invitera à venir constater ce qui, dans le
choeur de l’église qu’il annonce, dans la nef ou dans
ä les collatéraux, s’est passé d’original, de délicatement "
§ inventé, et qui, de décade en décade, peut-on dire, a p
g ig? marqué un progrès. Ce sont les arcs ogives dont les
gj ei
L, ‘ {
x ­» if of ‘ ·