HomeReims, Soissons, Senlis, ArrasPagina 37

JPEG (Deze pagina), 767.00 KB

TIFF (Deze pagina), 4.81 MB

PDF (Volledig document), 64.56 MB

` I
` - sv -
PQ
lièrement dans la France féodale, le problème de la {
construction des voütes sur les grandes nefs s’était l
posé à tous les constructeurs d’églises. l
Comment faire tenir, sur les deux murs verticaux,
ces lourds berceaux de pierre qui, en vertu des lois
desla pesanteur, tendent à écarter leurs supports et
à s’abattre sur le sol ? Dans chaque province de notre
France, selon les rnatériaux dont on disposait, selon
les traditions locales, selon le mélange des éléments
ethniques qui, à dose inégale, composaient la popu- «ïl%à
lation, des solutions différentes intervinrent. Et ces _ _
solutions différentes constituent, avec les partis-pris
différents de la décoration, les grandes écoles ro-
manes, Auvergne, Bourgogne, Languedoc, Saintonge,
etc..., etc... A regarder la France du milieu du dou-
zième siècle, il semble qu’à ce moment­là les régions
de l’Ile-de-France et du Soissonnais étaient en retard
;· sur l’Ouest, le Centre et le Midi. Quand, en 1163,
nl,. on consacre la grande nef de l’église abbatiale et E
¢$€`«ïl royale de Saint­Germain-des­Prés, elle est encore
ll couverte en bois (les voütes que vous Y voyez aujour-
·,i ik d’hu1 sont du treizième siècle) et déjà pourtant de 1
glix splendides édifices comme Cluny et bien d’autres .
ir s’élevaient magniliquement en Bourgogne.
Ce retard apparent n’était qu’une lente et féconde i
gestation. Depuis plus d’un demi-siècle des maçons jl 1
de village, dans cette partie de la France, inven­ gg
taient, essayaient d’instituer un procédé nouveau de
construction des voütes. Permettez­moi de traduire en
langage familier et terre à terre le raisonnement d’oü
sortit leur invention - produit du bon sens d’abord,
en attendant que le clair génie des maitres d’oeuvre
en eüt dégagé les merveilleuses, mais très logiques
conséquences : « ]’ai une voüte à construire. Même
sur un bas cöté ou un déambulatoire, jeter des pierres ’
en équilibre, ce n’est pas commode! Peut­être qu’en *
morcelant la difliculté, j’en viendrai plus aisément
, à bout! >> Et c’est ce qu’ils iirent en effet, prudem­
ment, progressivement.
Voici une voüte, « un berceau >> en plein ceintre,
il

_