HomeReims, Soissons, Senlis, ArrasPagina 36

JPEG (Deze pagina), 686.58 KB

TIFF (Deze pagina), 4.81 MB

PDF (Volledig document), 64.56 MB

i ë` ”_wM~_` iiii i ” ·
i
ï __ 3 __
; ä 1nd1qua1t bien que la cathedralc etait le but visc, ­- toutes
g ces bombes éclataient sur la tour et sur le porbail. Les qua-
ï rante autres frappèrent à cöté, eliez moi, par exemple, ou ,
» g passèrent par dessus le toit proche de la tour. ll u’y a donc
l pas de {Zoute pasxzblc .· les barbares ont ·L·0z»zZ1¢ renverser la
. il c·athédra1e...
` Depuis quc fai quitté Soissons, le 15 Janvier, a la suite
de Sa Grandcur Mgr Péchenard et sur la co11firn1atio11 auto-
1 ,1 risée d’un ordre d’évacuati011 presque raussitêt transformé e11
1 ï une invitation pressante, vingt-cinq à trente obus ont encore
l` g été lancés sur notre malheureuse église, perçant la voüte,
1, Q maltraitant les g1`2l11ClCS orgues, abattant les colonnes du tri-
vxà ü forium et jetant même à bas une des grandes colonnes de
1 il la grande nef.
(Oost ir peu pres CC1`ï8lI1CI1'1C11t la ruine complete.)
LP Dieu 11e laissera pas impunis, je Pespère. les proiana-
" A tcurs dc ses tcmplcs ct ne donnera pas la victoire aux hypo-
crites sacrilègcs qui abritent leur vandalisme sous le cou-
Q vert cl’une religiosité de mauvais aloi.
'. Vous direz tout ccla, monsieur, etc... »
ä Sigué .· G. LAN1>A1s.
~ =¥ . . . . M-
»‘ Ell Non, monsieur le Curé, ce n’est pas moi qui lc Q
ä dirai, c’est vous qui le direz et de telle sorte qu’1l A;
n’est plus u11 honnête homme, même eni Allemagne, ".`l§`
¥ 1 uisse ou er u crime prémé i é e . ïg
u d t d dt taccomli "‘
· . . l
sa m 1 n e es cr1 1 es émas ués,
{ Et aiitena t u l m n l sont d A
` revenons à. leurs victimes.
*2
{ =l< >1=
je vous disais que parmi ces victimes, les pauvres
petites églises de campagne n’étaient pas les moins
intéressantes. En effet, dans cette région compr1se
ig entre Soissons, Senlis, Beauvais, Noyon, on peut
Q dire qu’il n’est pas une de ces églises qui ne soit,
g fi pour nous, comme des archives de famille, comme
des témoins d’une des plus délicieuses ‘et des plus
F ¤« , · ­
Q E; grandes epoques de notre histoire et ou sont déposés .
les titres de noblesse de ce qui est à proprement
§ parler l’histo1re de l’art spécrfiquement français.
l 1 1 • · ·
§ ;ï Pour voir à. l’oeuvre cet esprit francais, créateur ·
F 7 ­ x 1
ä de eet art, 11 faut vous reporter par la penséc zi l’e-
` poque ou, dans l’Europe chrétienne et plus particu-
lj ­