HomeReims, Soissons, Senlis, ArrasPagina 35

JPEG (Deze pagina), 733.37 KB

TIFF (Deze pagina), 4.70 MB

PDF (Volledig document), 64.56 MB

t A L ij
des mitrailleuses et des 75 sur Notre~Dame de Paris
que leurs Q/`azzbcïz sont venus, teurnant méthodique­
ment autour de la basilique, la viser et y jeter des
bombes incendiaires, dont une avait provoqué un
commencement d’incendie heureusement éteint à ;_ _
temps? Si le crime n’a pas abouti c’est, comme le dit
très bien le Code pénal, par des circonstances indé-
pendantes de la volonté de son auteur et il ne faut
pas que les Allemands nous demandent de les en
remercier. Au regard de la conscience, ils sont aussi
coupables que si la tentative avait abouti.
La vérité est bien simple; et la voici. Comme il
entrait dans leurs plans de violer la Belgique pour
que leur attaque brusquée réussït et qu’ils pussent
foncer sur la France et l’atteindre du premier coup en ·
plein coeur, il entrait aussi dans leurs plans de se
.» servir de la terreur pour, autant que possible, para-
W p lyser toutes les résistances. yen avais, - je vous l’ai
‘_ déjà dit, je crois, ­­- peu de temps après la décla-
lt `ïtl ration de guerre, la confirmation ou plutót la révé-
l Y',. " lation par la bouche d’un témoin direct, un Alsacien
surpris en Allemagne au moment de la mobilisation.
"` Arrêté durant des jours et des jours dans les gares äj
"t'-‘ pleines de troupes, parlant et comprenant très bien
l’allemand, il put surprendre les conversations de
centaines d’o;fHciers, et il me rapportait avec épou­
vante et avant même que les propos qu’il avait re-
cueillis eussent pu produire toutes leurs affreuses ieii
consequences, qu’il avait entendu cent fois répéter :
<< C’est par la terreur que nous les aurons. >> ll avait
noté sur son carnet de voyage ces mots tels qu’il les
avait entendus.
Oui, c’est par la terreur qu’ils voulaient nous
<< avoir >>. Seulement, comme ces grands professeurs EQ;
de philosophie, ces grands monteurs et démonteurs ïgv
de systèmes mé-tapbysiques n’ont aucun tact psycho-
logique, comme ils ne comprennent rien aux mouve- ‘ï
ments spontanés de l’äme liumaine, aux susceptibi-
lités et aux réllexes de l’honneur, ils ont ete stupcï ·
taits de eonstater que la petite Belgique preterait. le l
ll
wt 3 F
txt
tit
. . Y W {