HomeReims, Soissons, Senlis, ArrasPagina 2

JPEG (Deze pagina), 942.80 KB

TIFF (Deze pagina), 5.15 MB

PDF (Volledig document), 64.56 MB

I
POUR LA PROPAGANDE A UETRANGLR 1

L’Allemagne poursuit, avec une opiniátrete et une perfldie qu
rien ne lasse, sa campagne de mensonges à travers le monde. Ell
inonde les pays neutres d’écrits de toutes sortes et de tous formats I
qui vont, dans la langue de chaque pays, repandre a profusion 1:
calomnie. Nous croyons volontiers que, notre cause étant cellle di {
droit, pour en faire éclater la justice a tous les yeux, il sufiit de · ,
sa propre splendeur. C’est une illusion contre laqueitle j'entenda.is
récemment M. Poincare mettre en garde ses confrères de ’Ac.adem`ï :
en leur demandant a tous d'êtr~e, par la parole et par la plume, eu ‘
aussi, des combattants. {
Des commissions ofiicielles ont éte instituees. Elles ont reuni contr J "
la premeclitation allemande, contre les atrocites allemandes, des preuv
accablantes. Je pense que leurs rapports ont ete traduits ou vont l’êt1
et que le necessaire sera fait geur qu’ils parvie-nnent la ou il impor
surtout qu’ils soient connus : ors de France. "_`
Mais le gouvern·ement ne peut pas tout faire. Il faut qu‘i­l sr 1,,,,
seconde par Finitiative privee, Je tiens donc a signaler, à titre d'exe J
pie, l'e1^fort que tentcnt, en ce moment, qu-elques ecrivains franç { M_ ANDR
pour organiser une large propaganda à l'étranger. L `
Ils avaient entre les mains un instrument tout pret : la. Soc rgronsmaveraun
des Conferences. Cette societe est assez connue : c'est sous ses aus; r I
gupnt ete donnes les cours fameux de F. Brunetière, de Jules Ileneai ,·
’Emile Faguet, de Maurice Donnay, les « grands cours » de l
temps­ci. Elle a pour orateurs des hommes dont le nom seul est d~ j `
une recommandation et une force vis­a-vis de Vetranger. Je citerai < l , ¤
aoademieiens comme lIM. Gabriel Hanotaux, Frederic Mae=<:‘ , le JJ t
äuis de Segur, Jean Richepin, Maurice Donnay, Alfred Capus, dee
iplomates, des journalistes, des savants, comme Fernand Laudet,
Gaston Deschamps, Andre Beaunier, Andre Michel, Camille Bellaigue, *···-­­-­­
auxquels se sont joints l’abbe Wetterlé, Mgr Marbeau, Yheroïque
évêque de Meaux et Mgr Baudrillart, l’eminent recteur de l'Institut PAR
Catholique de Paris. M BAUI
Cette année, en deux series de conferences, dont 1’une porte ce er
beau nom l’Espémnce Française et l’autre ce nom tragique Zes Villas EFT UR DE LH.
Ma¢·ty7·es_ ils cliront Fame fidele de l'Alsace­Lorraine et l'áme eer R * E ‘
de Paris, le patriotisme de la presse et le noble ideal de la cultu.
française ; ils denonoeront la fourberie de l'agression allemandc e
la barbarie de la guerre aux chefs­d’oeuvre de l‘art. Ainsi ils porteren;
témoignage pour leur pays. Ils exprimeront - ce qu’on ignore totale­r
ment a Vetranger - l‘opinion, la pensee française.
Que ces causeries, simplement eloquentes, viennent rechauffer nos
coeurs, c'est bien. Mais il y a mieux a faire. Cette année, il ne suftit
pas de parler pour nous, il faut parler pour ceux qui, hors de chez
nous, ont besoin d‘etre renseignes par nous. Il_ faut que la parcle
française parvienne partout ou il y a une conscience a éclairer.
Ge s­era fait. PI_,ON-Ng[
. La Societe des Conferences, grace au _concours de la Revue Hebd0­
maddire_ a pris ses dispositions pour faire traduire en onze langues
toutes ses conferences, dont checune deviendra une sorte de petit ·
tract. Elle s'est assure des correspondants qui Les repandront par
milliers d'exempla.ires en Italie, Espagne, Portugal, Boumama Bul·
garie, Grece, Hollande, Suede, Norvege, Danemark, Suisse, Etats­Un1s. »
RENE DOUMIC, ‘
de L’Académie Française. I