HomeReims, Soissons, Senlis, ArrasPagina 19

JPEG (Deze pagina), 755.12 KB

TIFF (Deze pagina), 4.81 MB

PDF (Volledig document), 64.56 MB

l -- is - i Q
les l de` France, que retrouverons~nous des vitraux? à peu _ j
Om_ ` pres rien, hélas! des admirables sculptures du revê- ‘ fl
_ de _ tement intérieur de la façade occidentale une partie -;§ 5
du - est gravement compromise, quelques ügures même 5 ,
Z C6 il completement perdues, Il y avait la, une ineompa- I.
.aH_ ;, rable parure dont aucune autre cathédrale ne pouvait iz
_HC_ offrir l’équivalent. Dans une quadruple série de ni- ; f
V JC ll ehes étagées et ciselées comme des chàsses, dont la .
mz l llore ornementale qui s’épanouit­ aux chapiteaux de X «
; et p j la net venait fleurir les bords, un lpeuple de sta~ ,
Cm, t ) tues eelebrait les mysteres des propheties et l’accorr1- . l;
F plissement de la loi nouvelle par la venue du Christ.
ims »‘ Les voici ewcmt, les voici ajaïès les Allemands. Ruinée . Q
MCS aussi grande rose, ruinées les délicates sertissures
tes, du triforium, ruinées (avec les délicieux tambours . (U
1ié_ i clu temps de Louis XV) toutes les sculptures inte- I;
EMC . r1eures des deux portes latérales. Mes projections me l r
aut dispensent de tout eommentaire. »
out lt E lv,
ans ? ` #*=x= `L
du il . Et maintenant, faisons ensemble le tour de la i?
gm eathédrale. lnterrogeons quelques-uns des témoins de
tajt pierre qui y veillent, rêvent ou prient, qui sont comme
jig les porte-voix de son àme intérieure, les dépositaires [
t à et les lïéraults de la grande histoire et de la grande Q
;é€S pensée qui la remplit. Vous avez remarqué sur les g
ent contreforts, sur les piliers robustes ou les ares-bou- i
yes- ’ tants viennent prendre leur point d’appui, des statues j il
de , d’anges aux ailes éployées. L 1
.mé L C'est la une des particularités magniüques de la ‘ I
que e · cathédrale de Reims. Toute une armée d’anges veille g
llg, autour de l’église, monte la garde entre ciel et terre · A g l
Cu; ä et fait un cortège d’honneur à Notre-Damepmère du I
ne Christ, sous l’invocation de laquelle Péglise fut
dé- l placée. je voudrais pouvoir vous montrer tous ces · g l
anges, un à un, depuis eeux du chevet sculptés à
mois ,. mi-relief au~dessus des fenêtres de l’abside jusqu’£i li
gg- ceux qui, au gable de la porte centrale de la façade
ois ‘ occidentale, assistent, ravis d’extase, au sacre de j
. _ ;’;
. gl
. Bl
li ` . A ‘ l