HomeReims, Soissons, Senlis, ArrasPagina 18

JPEG (Deze pagina), 758.78 KB

TIFF (Deze pagina), 4.81 MB

PDF (Volledig document), 64.56 MB

. ‘ , |
q . .>. _14_
I L ‘ peeteur général des monuments historiques pour les ,
i provinces rliénanes, est présentement charge - com-
Q ment le dire sans un frémissement de colere! '- de A.
§ Padministration des monuments de Belgique et du ` rl
§ ‘ nord de la France. Il tend à prouver: que tout ce ll
{ p · qui est arrivé est imputable aux Belges et aux Fran-
çais qui ont laehement attaqué les pauvres Alle- gil
; { mands et transformé les églises en forteresses!". je rl
vous montrerai, dans notre prochain entretien, ne _
gj ‘ füt-ce que par quelques citations, les sophismes et pr I
« les << erreurs >> de fait dont est biffé ce document, g
destiné à. tromper l’Europe. lx
ig Aujourd’l1ui voyons ce qu’ils ont fait de Reims ‘
pour ne plus le quitter. Oui, grace à Dieu, les oeuvres Q
§, vives de la eathédrale n’ont pas encore été atteintes,
, mais que de pertes irréparables! Le palais archié~ X
piscopal à jamaisdémoli; sa délicieuse chapelle ïl `
éventrée; et si les mages agenouillés au seuil, devant ‘ ,
l’Enfant, ont été providentiellement préservés, tout ’-’
le musée archéologique qui avait été transporté dans ? `
{ les bàtiments de Parehevêché est à jamais détruit; ._ ­
entre autres pièces d’un prix inestimable, le pied du
ä fameux candélabre pascal de Saint­Rémi qui eüt ·ïQ
g été unique au monde, si celui de Milan n’existait
pas encore, a été fondu dans la rage de l’ineendie.
' Sous lesblessures que je vous montrais tout à
l’heure, les voütes de la grande nef sont restées
intactes et les voici telles qu’elles se comportent
encore. C’est que le système des admirables arcs- ’
s boutants qui les épaulent au deliors, en dépit de ,
‘ quelques éraflures, n’a pas été sérieusement entamé
f ` par les obus. Oh! vous voyez par les exemples que ’
l je mets sous vos yeux, qu’ils l’ont éeliappé belle, ä
§ comme on dit, et qui sait, hélas! ee que demain leur g
· réserve. Faudra-t-il remercier les Allemands de ne
les avoir que blessés, ayant tout fait pour les dé- l
l - . ' truire? C’est la prétention de M. Paul Clémen!
a Et à l’intérieur de l'église, dans ce sanctuaire trois ··
i fois saint, dans cette nef ou Jeanne d’Arc s’age-
[ nouilla, ou depuis Louis VIII furent saerés les rois ` gi
l L
s ¤ . - , _