HomeReims, Soissons, Senlis, ArrasPagina 12

JPEG (Deze pagina), 775.41 KB

TIFF (Deze pagina), 4.64 MB

PDF (Volledig document), 64.56 MB

,·""¥ " ' . _ ‘ _. ' . Q I
r ‘ ‘ i al “ r
è i - ~ E +
j gie, Vapologie de la violence supérieure au droit, i l ­.
créatrice d’un droit germanique, monstrueux au 1 '
regard de notre conscience. _ i Z
ll serait facile de montrer, dans l’état d’·esprit qui · u il I
‘ in.spira c-ette démarche des intellectuel·s de 1870, la ` g gl,
guerre de première ébauche de la doctrine au­jour­ l ·
· d’hui eyniquement exposée et cruellement appliquée ,_ ‘ ` ·
de la terreur contre l·es non combattants. ,
Si nous nous étions rappelé ce simple fait, nous , J
n’au.rions pa·s éprouvé moins d’horreur, oertes, mais * ir;
nous aurions eu moins de surprise, de stupeur, en g
présence de tout oe que nous avons eu, depuis la ‘ nl
violation et la dévastation de la Belgique, l’humilia­
` tion et la ·douleur de voir, et qui semble inveanté par
des sadiqules déchainés pour justiüer le vers du> plus . ä
_ pessimiste de nos poètes sur : _ T
lahonte de penser et l’honneur d’être un homme. ,'«Q°·1
, Mais nous r-estionis optimistes et conüants. N’avions­-
nous pas lu., dans les dernières lignes d’un article ,*,4
sur les sculptures des cathédrales de Chartres et de {I `jgp
Reims, dont le tirage à part nous était dédicacé quel­ l
ques jours avant la déclaration de guerre : mil vie- ï l·,_Q'··
len Ernpfeizlungen, ganz ergebensl, par l’auteur (qui ° i*
n’a pas signé, je ·do»is le dire, le manifeste des 93), ll ë ‘
une profession de touchante admiration et presque j ,
de piété pour les chefs-d’0euvre de l’art français que T {
les siècles ­et « les- vents du large et la pluie du ciel Q lg
, rongent là­haut jour à jour >> ! Nous nou.s rappelions r
qu’un sculpteur allemand, Eberlein, dans un appel ·
aux ariisles el savanls al’Allern·agne el ele France, @5
écrivait: << Les monuments dus au génie humain
doiven·t être considérés comme sacrés et comme appar­ ·
` tenant à toute Yhumanité; leur desz‘rueZi0n est el’ail- Hi
i leurs sanx aueune énfluenee sur lïssue générale a"une · ·
guerre. De même que la convention de Genève a sup- ` F
primé les inutiles eruautés de la guerre ch-ez les na- iq-
tions civilisées, une nouvelle eonvention doit interdire ï
les attentats contre les oeuvres de la science e·t des [I
arts. Dans cette catégorie, il faut comprendre les mo- {
l' r ri
U