HomeLes soldats musulmans au service de la FrancePagina 77

JPEG (Deze pagina), 0.97 MB

TIFF (Deze pagina), 7.79 MB

PDF (Volledig document), 69.89 MB

;Y « _· ;`;>;­ï«.» “ rn "Y- {rx Z "'*f-·/_’" ’ ; ‘‘·‘ f' ‘"’ ~ lv ' "` `" ' Y `Y Y`? Y Y YY Y` Y'?
ç , Y ­ 75 ­
‘ armes a leur amour­propre, cela fait partie de la dignite L
d’un homme, fut-il un sujet de la domination française. p
. , Les cadres français ont trop abuse de la timidite de la E
. ‘ Y troupe.
L _ La patience a des bornes cependant. p
p 1 Nos coreligionnaires, les soldats marocains, moins pa­
_ tients pour supporter les incartades et plus conscients du
s respect qui est du aux sentiments propres de Vindividu, n’ont 5
. Y · pas voulu subir plus longtemps ce que les corps indigenes
d’Algerie subissent depuis de longues annees. .
- La revolte sanglante des soldats marocains de Fez, il Y {
y a 3 ou 4 ans, ou bon nombre d’officier et sous­officiers
r - ont ete tues a bout portant, ne paraït pas avoir suffisam-
ment ouvert les yeux à nos chefs. L
Y Y r . · Les motifs que l’on a invente pour masquer cette revolte
· _ ne sont que des subterfuges.
.. La veritable cause a eu pour precedents les mauvais
. V Y traitements que les cadres français ont infiiges aux Tabors,
Yi c’est­a-dire a des soldats qui n’etaient pas encore trop habi-
ls * tues à courber le dos sous la cravache de ces cadres.
5 ip . Nous etions sur les lieux et nous nous sommes sufü­ «
. samment documentes aupres des victimes, nos coreligion­ Y
Y naires, pour le declarer ici at Vopinion de tous les amis de
· Y l’lslam. Y
ç V Nous osons esperer que les antecedents qui sont signales .
. XY _ dans les deux brochures de << L’lslam. dans l’armee française »
Y ` trouveront desormais aupres du lecteur le même verdict que "
·» _sY· Y . la revolte des soldats marocains de Fez ont prononce, et qui ‘
V ç etait un signe d’exasperation contre les agissements que
subissent les elements indigenes dans `les rangs de l’armee f
· _. française.
e s läl ;
Vl -‘." C st`. .· y
4 iev ·. a
..._. et; lt ..., L; L ..-.c-L ...., . .... L c . c · c
YYY Y ··‘* i