HomeLes soldats musulmans au service de la FrancePagina 68

JPEG (Deze pagina), 1.04 MB

TIFF (Deze pagina), 7.80 MB

PDF (Volledig document), 69.89 MB

¥Yg3ii;;è ‘`'` € ïlï’¤ï`E*1l*.‘ï’ ’* _ L V,_A _,_W”__c _ e
A , r , _ · q. .,l‘ 5 ‘ f e` q V >
Qïil . ‘ ' ' ,
il . ` , _
;e§
U évenements qui nous ont delivre du joug français, ne remplissent nos
fa coeurs meurtris que d’un sentiment de concorde ! q
, _ Membres religieux, caids, goumiers, Marocains, Tunisiens, Alge-
ïl.’ rieus, Egyptiens, tous iraternisent dans une communion touchante. Des .
VA,» if [mams turcs, en habits orientaux d`usage, viennent presider les cere-
*,3+ monies et leur presence ajoute un cachet magnifique au milieu de l’Islam
äè"., africain. `
La liberte la plus complete est laissee aux prisonniers dans l’ac­
@" complissement de leurs devoirs; les autorites allemandes savent que la
pl France n’entretient aucun service religieux dans les rangs. musulmans. `
Le Ta;~a'jman de la << Replique >> l`a d'ailleurs declare solennellement:
« Le musulman peut, partout ou il se trouve, satilaire seul a la pleni-
·, tude de ses devoirs envers la divinite >>.
',’f”ï Les prisonniers se livrent eependant avec beaucoup de soins à
ces devoirs et ceux qui les negligeaient ou qui ne les rendaient pas
du tout, s`appliquent maintenant à leur education religieuse.
Ei "ï,"§ Les {êtes musulmanes donnent lieu dans les camps des captifs à
.; _ des manifestations vraiment imposantes. Le commandement les prescrit ·
et lait connaïtre aux prisonniers les jours oh elles doivent avoir lieu,
gdlfllf; de concert avec les avis de Constantinople. Le monde musulman de
dll Berlin est invite et nombreuses sont les personnalites qui abandonnent
leurs occupations pour aller se joindre a Vambassadeur turc et a son
personnel, et se rendre dans les camps mahometans. La, les autorites *
Q; militaires allemandes, en grande tenue de service, les reçoivent et les
conduisent dans les lieux ou doit avoir lieu la ceremonie des prières.
ier-’€r Pour ces devoirs, le melange des mahometans est complet. L’ambas- ­
ll sadeur turc et son personnel, des personnalites musulmanes des diffe­ q
l·'_2;2,’ rents pays et des olüciers turcs sont pêle-mêle avec des Marocains, des
Tunisiens, des Algeriens, des Hindous, des Persans, des Egyptiens et
des Arabes d`Arabie. Au signal donne par des Imams, les ;;0JG‘ se for-
i, ment dans la même reunion et bientót les corps s’inclinent vers l’Orient, E I ,
?_l.i~ tandis que les generaux et les autres officiers allemands, àJ.l`ecart, gar- _ ,
dent une attitude respectueuse. « ‘
Apres les devoirs religieux, des repas d`apparat sont servis aux
E ; assistants de toute nuance par des soldats allemands, pendant que les
prisonniers se livrent au rötissage des moutons que le Calife et les
Q, ïlf autorites allemandes ont otferts avec d‘autres supplements a Voccasion
E de ces rejouissauces. ç
lfanimation est grande; les autorites et les personnalites musul- __
i_ _,_, ' manes s’entretiennent avec les prisonnniers. La zwuóa alternant avec
è'? les musiques allemandes, se lait entendre au milieu des danses africaines h
, L qui attirent la curiosite des assistants. Ce sont de belles journees qui
l f lr si
= <
‘-l·· r
l f ··»l . `
te jl V
ll '£;ë°5;§`ï"~’*`­"" -{ ` · `L? ""· ` " """" "‘^"" " *"’ " " " " ""*r·* ~" " ‘ " ' ‘ " ­‘ ~"»"‘ " ¥"‘=S=:£;1;;»‘;«;r·ï;;,x:;r;,`,::·,..,",4."‘**·*·..,.., &‘:~·=· «·’·r ·,x-.-,1,-«­, ­·,,,···=I,_g,;¢ï·
- - ` r` ‘ · · ~2,.' · ~·‘­"‘ë‘* ?"L~:`~""`f` `Z‘TT`a·‘,:` :..._j`f‘...­· · " ‘?«‘äëê"‘»· ’5"` " ~».·i5­··,··­