HomeLes soldats musulmans au service de la FrancePagina 67

JPEG (Deze pagina), 0.95 MB

TIFF (Deze pagina), 7.83 MB

PDF (Volledig document), 69.89 MB

:.V re: ‘’‘·/ ‘· ee""‘*"m*‘· ‘W‘"ä‘='""e" ‘ e ën;
u ‘ à,
Y (35 ~
et les masures qui servent de lieux de garnisons aux troupes indigènes
en Algérie.
Des locaux speciaux tels que cafes maures, salle de lecture et
~ . d’études, sont également amenages it la grande satisfaction des captifs.
r Les lettres s`adonnent ai la lecture d`ouvrages en arabe, qu’ils
prennent d’une bibliothèque richement garnie. Ceux qui ne savent pas
L lirel suivent différents cours que dirigent des [mams,
Le cours d’allemand attire de nombreux volontaires; les Arabcs
le suivent avec goüt à cause de Vanalogie qui existe entre l'accent
· tonique allemand et celui de la langue arabe On peut dire que les
musulmans apprennent beaucoup plus facilement Vallemand que le
français.
` En dehors des heures d'oceupation -»~ ou Vcniploi du temps est Z;
réglé de telle sorte que les captifs ne tombent pas dans l'ina<·ti«>n et @25
l’ennui ­-­­ il y a des jeux et autres distractions en plein air dans des
stands aménagès a cet effet.
_ Les groupes non retenus aux camps par les etudes, vont, ii tour
roles, exécuter de petites <,:·,rvees :`i l`ext<:ërieur de ces camps. Les pri-
sonniers attendent leur tour zwei: impatience pour l`ex<êcution de ces
corvees, parce quelles leur donnent l`occasion d`admirer le paysage et
A; les mouvements de Vactivité allcmandc. ll y a loin de la Et ces travaux
‘ << durs>> et <<répugnants>> dont parlc le Ylrrzzfjzzzmz. Que les auteurs de jàfg
la <<Réplique» se tranquilisent :`i cc sujet: ()n ne connait pas de tra~
, vaux durs et repugnants dans les camps de l`lslam captif en .·llemagne.
journellement, de petites inarcbes militaires sont exéeutes egale-
ment ii tour de role par les priszmuieis sous la cadance d`une 1’v0ZlátZ
bien organisée. Les scenes de danses NME`/zkziw de Djelfa ou de Biskra,
· se produisent à la grande curiosite des Allemands, au cours de ces
marches.
lfattitude des cadres allemands de surveillance est des plus loua-
· bles; on n’entend pas ici ni incartades ct volées d`invectives comme
dans les rangs français. Pendant tout le mois du careme et a l'occa- .§q
sion des fêtes religieuses, les autorités accordent un repos complet.
Au suiet de la pratique du culte musulman, il faut encore rendre
: hommage au commandement allemand, dont le premier souci a ete
d’assurer, dès Varrivee des captifs dans les Iieux qu'ils occupent, des
amènagements ccnfortables pour permettre aux adeptes musulmans de
se livrer a leurs devoirs religieux.
i _ On sait qu'une mosquee magnihque a ete construite dans le rayon
· ` central des camps, qu`entourent des dependances servant de bains Q l
maures pour les ablutions rituelles. Aux heures de la prière, tous les
l prisonniers se rassemblent, et il est vraiment notoire que les grands
5 jl
itá
" ·
. . M
. il
,.,;,‘,;,, `¥‘.s;LiïY:· _Q1§g_l4, .,._ ,_,; zi . ,.tt. u l . , . l .vr. _ · _ _ y V_ _ _ _ _ _ .
“"‘“'“` i ii eeï irl u o T‘* el# 5