HomeLes soldats musulmans au service de la FrancePagina 65

JPEG (Deze pagina), 966.35 KB

TIFF (Deze pagina), 7.85 MB

PDF (Volledig document), 69.89 MB

‘ · · o · a i , A
vl
- 63 - ik
Page 42, 43 et 44 /R€fZZ·Q2l@ à des mwzswzgcs], `
‘ ll'
l << Tout d’abord, nous tenons à dénoncer à l'opinion du
monde entier les procédés odieux employés par les Allemands,
vis­à­vis de nos fréres prisonniers, en vue de les obliger ii
A " servir dans les rangs turcs.
<< Une propagande a d’abord été entreprise auprès d`eux
par des personnalités égyptiennes, turques et syriennes. L`une
d`elle a été appelée tout expres de Damas. Ses origines alge-
` riennes Piudiquaient comme susceptible d’avoir une influence · ' ig,
particuliere. ·
` <<C`est Ali-Pacha, lrère de l'Emir Abd­lïl­Kader. On ,
représentait à nos lrères que leur devoir de musulmans était
_ d’aller combattre dans les rangs turcs. Ces appels restèrent , Qèg
sans écho. On passa alors aux promesses d`argent, qui n`eurent
pas plus de succès. · 1
<< Devant cette belle attitude, les Allemands menacèrent ,
de pires représailles: << Vous irez de force chez les Turcs,
puisque vous ne voulez pas vous y vendre volontairement.>»
Et toutes les vexations furent infligées èt nos malheureux frères.
Ils lurent soumis aux travaux les plus durs et le plus répu-
gnants; on alla même iusqu‘a les priver de nourriture. Et ce i »,·-
` . ne sont pas seulement des hommes qui menaçaient; les femmes ll
allemandes, que l'on pourrait croire plus accessibles à la pitié, Vgl
en faisaient autant.
<< ll nous a été rapporté par un grand blessé qu’une reli­ xl?
gieuse lui dit un jour: << Lorsque tu seras guéri, tu iras te _
battre contre la France dans les rangs turc>>. Devant les pro-
testations indignées du tirailleur, elle entra dans une violente
_ colère et lui dit : << Eh bien, tu iras de force, comme tous tes
f rè res.
<< Ces procédés de mauvais traitements auxquels les- sol- nl
dats indigènes de l'Alrique du Nord sont soumis, ne sont pas
ignorés de la masse de nos compatriotes, et ce ne sont pas les
afflrmations du traitre El Hadj Abdallah qui peuvent calmer
, la douleur que nous ressentons à la pensée des souffrances il,
morales et physiques de nos malheureux frères prisonniers en fl
Allemagne. »
ll"
, lci, il m`est d'abord inüniment agréable que les autorités alle­
mandes, qui ont accompli et accomplissent encore tant d`actes humani-
taires à l’égard des prisonniers musulmans, puissent constater positive-
_ ment cette fois la mauvaise foi et la fourberie des auteurs de la

. ll!
2 ·~,e­ # Y -ti· « »_-rss-s..s-_;e- iri, J, i ­ r e r ­
`=·i
. i i~_. _ __ . ·,,.·,,, _ ,i { _ .,; _·,,;. ·5<~·.’- ~ , ,g_¤‘$