HomeLes soldats musulmans au service de la FrancePagina 62

JPEG (Deze pagina), 943.09 KB

TIFF (Deze pagina), 7.83 MB

PDF (Volledig document), 69.89 MB

A M Y Y, " _ " _· V ;· l. `Y d., `,. 4 «·· . » ‘ ` _ "[Q =."., _ 'l" 7 '·§T·<I­"{"·· V Vl`;
Pá‘i;i’ ‘ i `
i ; g
iïï Q
L li`
‘· ·" '
l" ’
gg
,ï gl A
I * J ‘
l , L ALLEMAGNE ET LES ARQBES DE LAP RIQUE DU NORD
2 · l'
Es 1 ·
Bien avant la pénétration française au Maroc, des Allemands
q avaient déja pris un contact sérieux avec des élémcnts rnarocains,
alors que lc Maroc était lernié a tout autre expansion européenne,
$13; M . . .
3, Des groupes industriels et commerçants tels que les lreres
FME., Mannesmann, a la tête d`importants capitaux, vinrent se iixer dans
différents centres réputés pour la richesse des mines et d'autres
l 2; produits du pays, et grace a leurs relations, ils attirérent vite certaines
corporations marocaines, d`ordinaire rélractaires a la pénétration d`autres
F5 ,Yt’Sl’(IlI/i5 euro Jéens) dans le Ja s. D`autres arents se ré andirent
{ l l . I N è
fi l`. également dans diitérents lieux et leur expansion commerciale vint
_’· s`étendre même dans les awrloinérations les Jlus reculées de l°Atlas,
»3.l{ bb
Ji, ,i rnettant ainsi en activité lexploitation des produits qui se perdaient
jadis dans l`ignorance, au plus grand profit des tribus environnantes.
{fl, Le lin mot de la ]§€'//Ullllïlllltl/l pzzcgfqzza revient, sans conteste, à
l’Allemand qui lut le premier européen introduit, grace a la conüance
ig ,, qu`il sut mériter auprés du peuple marocain.
li ._ Le Marocain a le iuvement du bon sens et il com rit vite ue ,
il u -· _ _ b
{ “ fxlzzzmzzzz nétait pas un de ces marehands dallumettes qui essayaient
‘° de se glisser au Mogreb avec un bazar de bric­à-brac pour se livrer a `
llli ` des affaires louches et pour soutirer des gains au dótriment des
,`_’g '. V _
jïi Berberes. __
F. IQ Les Tzm"w·s névociants marocains des randes villes se donnérent
, K, ,.` D
le mot d`ordre: lier des relations commerciales extensives avec les
li Allemands, ll sapprovisionnèrent de grands stocks d‘articles qui
i‘ I , , . . . .
»'. trouverent un ecouleinent extraordmaire dans la population, a cause de
l’analo¤ie fra aante ui existe entre certains articles d`Allema ne et
Q w E- ° . .
ceux des Arabes. Il nest pas un interieur marocain qui se respecte qui
/,l i n`ait de uis ce tem s un décor d`orlévrerie, de laïencerie ou d`autres
, ä, , P i
ii, = objets qui contribuent pleinement a la satisfaction des lamilles marocaines. ,
Q? La plupart des boutiques des Sozzckx s`emplissaient de ces produits, et
Q ‘ï lorsque l`acheteur se présente, il a soin de répéter: üillllll zrzwz Z'u!z`mmzz`
(donne moi de l’Allemand).
x Z
, l ` .
i ·’
sS;;,,$g_i _» ­_­s , c»; ·- M . .­ er ·:­ - -­ »·'~ ä , as; 2, ,.l,
· KF; ‘ ‘.~# »· _, , » - , __ · "2= ‘ ·--· N ,;, _ :, _.; , i ;~
__1;·;_l2, IQ~‘{*{’«ä,@è;_£§;¥»=··’,,`m,,,"·~ «.g@‘?~ . ·~ "‘ï‘r __,,