HomeLes soldats musulmans au service de la FrancePagina 57

JPEG (Deze pagina), 973.52 KB

TIFF (Deze pagina), 7.81 MB

PDF (Volledig document), 69.89 MB

»;ïr­­­;_i~.; *.,1 ...;,..1;; ­·5 · -
Y
l ~ 55 ­ l
l
certain jour, en public, une magistrale gifle a un insolent journaliste i
de Tunis, dans l’espoir, bien entendu, d’obtenir une reparation par les
armes, la presse de l‘Afrique du Nord vint accabler d`injures notre
` coreligionnaire et prenclre fait et cause pour le l’0Z¢7lZZ¢ gifle.
Celui·ci ne crut pas devoir reparer l`affront comme il sied entre
deux citoyens f1’¢zrzçaz's,· il préfera aller pleurer devant un tribunal qui. L
, apres avoir ergote autour de l'affaire avec force << considérants >>, reconnut
notre coreligionnaire wupaöle de voies de fait sur la personne d'un ,3
dominateur, et le condamna sans autre forme à un mois de prison et
cent francs d’amende I
Que l`on juge maintenant de la consideration dont jouissent ceux
des musulmans algeriens qui se hasardent dans la voie de la natu­
_ ralisation française.
On ne se bat avec un indigene, même naturalise français; on
l'insulte, et's`il riposte, on Vemprisonne. ,
tl
L1
i ` .. äl
ïl
äl
L’entree en guerre de la Turquie vint surprendre les combattants §¤
musulmans dans le plein des evenements au front de France. l‘
i Cet evenement, qui est survenu un peu tardivement, ne manqua
pas cependant de contrarier le premier elan chez les soldats indigènes,
dont quelques elements continuèrent à combattre à c0ntre­coeur dans
les rangs français.
Le Calife etant en guerre contre telle puissance, les adeptes maho- ,
metans prennent par suite fait et cause et le D;`z'/md se declare de
lui­même chez tout bon musulman; mais il ne peut avoir un effet actif
qu’au moment ou ce musulman est excite par la poudre et par la l
manifestation de signes religieux dans un combat.
lf On ne pouvait donc pas s`attendre à une volte­face chez les soldats .
indigènes au front de France; parce que, se trouvant échoués dans un
‘ pays lointain et en face d`un ennemi européen, ils n'avaient pas devant
eux les scènes caracteristiques ou la presence des etendards aux cou- l
leurs variees des zaouïas et les pressants appels des m0uaQ`ahdz`nes les p
excitant au milieu du crépitement de la fusillade, réveillant leur fana­
tisme et rappelant aux musulmans les vrais ennemis du Calife, ceux ·
O que doivent frapper les balles. `
L’intonation du óaroud, aidee par une chaude manifestation reli- r
gieuse est un stimulant admirable dans les exploits du Djihad.
La plupart des soulèvements indigènes d’Algerie n`ont eclaté qu`a
·s
f`f' F fi · · · r F M ~ · M