HomeLes soldats musulmans au service de la FrancePagina 53

JPEG (Deze pagina), 1.04 MB

TIFF (Deze pagina), 7.78 MB

PDF (Volledig document), 69.89 MB

‘ "ï" ` ` Y I {
_ - 51 -
ï pillage de Saint­Léger, de Bailly et d’autres centres dont on avait
‘ éloigné furtivement les habitants. L ,
3 Q Le traducteur de la << Réplique >> sera bien embarrassé cette fois,
‘ je pense, de me lancer son iameux cri de << mensonges grossiers >>. Les {
· _ faits que je cite sont connus de toute une armée et de toute la popu­·
5 Y lation des communes voisines des germanophiles.
l W A ce traducteur qui me traite de traitre êi la <<patrie d`adoption>>, ,
je réponds que je ne suis pas ur traitre, mais que je suis révolté contre ,
ï la tyrannie et Vinjustice qui pèsent sur toute une armée indigène sans l
E , défenseurs, dans un pays qui se nourrit de libertés abusives.
­ Si javais, en effet, Pintention de commettre un acte de trahison if
H contre la France, je m`y serais pris autrement. ]'aurais pu ­- étant l
F donné l`ascendant que j`exerçais sur les tirailleurs, comme mes chefs jl
'E ne l`ignorent pas d`ailleurs ~· soulever, sur la ligne de feu même, une
ll . section, une compagnie, tout un bataillon si j`avais voulu, pour y mas-
a is sacrer d’abord tous les cadres français et pour y causer ensuite un
S grand désordre au grand profit de l`ennemi. Et qui sait si les soldats
zt indigènes qui sont exasperés par des actes étouffés Hlällïlllëlllï pas pro-
6 ` voqué un mouvement sanglant sur toute la ligne?
1, Or, je n’ai frappé personne dans le dos et j'ai évité dc commetre J
.s ce scandale parce qu’il fallait précisément un victime pour soutenir une
ir E cause avec des arguments et des preuves. je sais qu’à Vegard de mes l
·e devoirs militaires, mon acte demeure une faute, ma.is les devoirs d`un L ä
=S soldat qui s/accomplissent dans la bassesse et sous un controle outra·­
it geant ne sont plus des devoirs : ils cleviennent une charge d’indignité, · f
¢S même pour un musulman qui sert sous le joug de la domination. ,
as ]e considère accomplir un devoir nécessaire ici pour faire valoir V
.u des arguments directs en me plaçant sur un terrain propice à la cause I
at de mes coreligionnaires. Yi;
ui j, Le Tordjman et ses acolytes ont maintenant une idee des sen- __
le N timents germanophiles qu’ont manifestés plusieurs milliers de Français ïë
de France au moment même ou leur sol était envahi. J
m Les impressions que nous avons recueillies au milieu de ces Fran- ,Q
Ve çais nous ont également appris que les liabitants de France sont loin fi
lg , d`avoi1‘ le caractère de nos dominateurs de l’Afrique du Nord qui en­ , ,;.g
ie ái seignent la haine de certains peuples grace à leur imposture pour régner lj
;_, ` plus facifement sur le dos des musulmans ,
m C'est maintenant le moment d`entamer d’autres sujets à éclaircir » gg
_ ;, plus loin et de répondre aux arguments que les auteurs de la << Ré-
le plique >> ont cru devoir ajouter à leurs réfutations avec un certain dog- I
te ;, matisme, arguments qu‘ils ont embellis d'annotations aussi allégoriques i
lu que factices. _
W --»` s s ; a ,,,i ; L. en ,